jeudi, janvier 22, 2015

route sentimentale

Jour de soins carcasse et d'activité aussi acharnée que brouillonne (suivant des règles qui se sont révélées inefficaces) qui a donné à l'antre un petit côté chantier ébauché et abandonné, à côté de quelques réussites discrètes pour n'être que normales...
En fin de journée, écoutant un débat à l'assemblée, je roulais sur une route en corniche vers Valparaiso, entre baies, caps tombant dans un océan calmement bleu saphir et roches, parfois apparentes, parfois revêtues d'un fin grillage, grillage cimenté en longues zones sur lesquels se pressent, se chevauchent, ou s'étendent en s'ornant comme des ouvrages brodés par des pensionnaires d'antan, des inscriptions qui, uniformément, avec quelques très légères variantes dans leur formulation, disent des amours éternelles, ou non.
y nada màs
e nulla più

8 commentaires:

annajouy a dit…

ah! la route de Valparaiso... sonne comme une ancienne chanson.

brigitte celerier a dit…

dans celle que je connais on y va carrément par mer

chri a dit…

J'ai fait ce voyage avec le même engin que vous et c'était beau.

arlettart a dit…

Inscriptions béton ...
Attention aux virages

mémoire du silence a dit…

Quel joli graffiti !!!

jeandler a dit…

Des roses en guise de parenthèses.

brigitte celerier a dit…

une route pleine de gentillesse

Gérard a dit…

cœur de pierre sur la route