mercredi, mars 04, 2015

dans l'intervalle

Amis ai fait quelques pas dans la cour, tasse de café en mains, dans un air qui chuchotait l'arrivée de la tendresse printanière
sur notre bout de trottoir était une avalanche de cartons, promesse de rajeunissement de la terrasse du bureau de tabac
Amis n'était pas encore temps pour petite vieille de remiser les manteaux, du moins avant le mitan du jour, mais le soleil jouait gaiment dans les arbustes
et le ciel, sans la brutalité du vent nettoyeur, était d'un bleu profond sur les branches en attente
Amis les halles sommeillaient
n'étaient que quelques acheteurs, quelques hommes et la Brigetoun, plus tout de même que d'étals ouverts
et le marchand de légumes, qui était sans aide, ne savait où donner du sourire, des gestes, des réponses blagueuses
Amis j'ai malgré mon embonpoint naissant et mes étonnants petits problèmes de tension (que sont loin toutes mes années de grande activité avec une tension de mourante) ai rempli couffin et sac lourdement, patates, huile et quelques ingrédients
Sur le parvis ai rencontré un cheval, mais l'est parti en glissant au dessus de la chaussée avant que j'ai pu songer à lui demander aide - m'en suis revenue tout doux 

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Votre spleen est très attachant et la photo du cheval glissant au-dessus de la chaussé...magique...

anna jouy a dit…

ambiances qui apportent chez moi, un ailleurs plus doux

Marie-christine Grimard a dit…

Premiers menus de printemps, vous nous rendez l'espoir à nous plus nordiques où le gel s'accroche encore aux petits matins !

brigitte celerier a dit…

gratitude pour vos passages et vos mots


fait encore frais - et m'en vais vers un peu plus froid

Dominique Hasselmann a dit…

La constance des jardiniers rassérène... tandis que le petit cheval caracole joliment.

arlettart a dit…

Cavalcade dans les champs de beaux légumes réjouissants ...dans l'intervalle qui hésite

brigitte celerier a dit…

en fait c'est le boum pour les jardiniers, accompagner et préparer la renaissance

jeandler a dit…

Faire ses cartons comme on fait sa valise, pour un entre-deux. Au printemps, une envie de vagabonder.

brigitte celerier a dit…

valise, ce que je m'en vais faire pour très courte absence mais avec draps, linge, provisions etc..

Danielle Carlès a dit…

et comme à chaque fois, je viens chercher et je trouve le sourire, la respiration qui me fait du bien

Anonyme a dit…

gratitude à vous puisque j'ai écrit "paumée" sur mon clavier au petit matin et que votre site a répondu au centuple à mon attente...

brigitte celerier a dit…

merci à vous