dimanche, mai 03, 2015

Chance


d'avoir eu vendredi temps si gris, corps si faible, sommeil si prégnant, que ce samedi matin une très légère brise, un ciel d'une pureté intense, accompagnaient mes pas raffermis,
que le vert si frais des arbres régnait, s'invitait même dans la caverne merveilleuse d'un antiquaire,
que les fleurettes choisies par nos jardiniers parlaient de fraîcheur et de campagne,
que, sans que je le demande, une caissière amie de la Fnac, appuyée par sa chef de service, proposait de me favoriser, me faciliter la quète (chut) des billets,
que je réalisais que rue Viala, face au platane baroque et à la rangée de ses frères marqués de leur condamnation du côté de l'hôtel de la Préfecture, la ligne de troncs droits, de feuillages frissonnants doucement, du côté du Conseil Général devrait survivre,
que les petites branches hautes, face à moi quand suis descendue vers l'antre, dansaient leur souplesse, la naissance de leurs feuilles, la jeunesse.
Bon, le ciel s'est lentement couvert en blanc, et n'ai pas fait grand chose de mes forces revenues, que trier une première pile en vue de repassage, débarasser les petits rosiers de leurs pucerons et les branches de l'olivier fou du retour de la cochenille noire, caresser la poussière de la cour..
mais carcasse me jouait moins de tours et j'ai repoussé la tentation de réfléchir, même aux fins dernières. C'était bien.

8 commentaires:

Gerard a dit…

Le beau temps te ressource semble-t-il

annajouy a dit…

le ciel ouvre et de vivre dans le sens du bleu favorise le bonheur et la chance

brigitte celerier a dit…

et toujours surprise de rencontrer la bienveillance des gens

arlettart a dit…

Souvent c'est un échange tacite , en effet miroir!!
C'est la philosophie de tous les jours dirait JJSS

jeandler a dit…

tu devrais élever des coccinelles pour nettoyer les rosiers des pucerons. C'est curieux comme ceux-ci aiment les jeunes pousses de rosier!

Dominique Hasselmann a dit…

L'apaisement de la météo vient faire son effet sur le corps et l'esprit...

Le bleu triomphe tranquillement sur la grisaille des nuages.

brigitte celerier a dit…

Arlette, mais ça m'étonne toujours (ai rencontré comme tout un chacun pas mal d'exemple du contraire)
Pierre je crains que le temps de me procurer et d'arriver à élever des coccinelles les pucerons deviennent de gras cadavres
Dominique, malheureusement pour le moment ça semble être douceur grise

tanette2 a dit…

J'aime beaucoup les arbres qui s'invitent dans la caverne de l'antiquaire.