jeudi, novembre 19, 2015

quotidienneté

réveil avant l'aube – deux pas sans me redreser complètement – s'asseoir devant mac - pas de connexion
me rendormir, nouvelle tentative - pas de connexion et puis un peu avant neuf heures avoir accès aux billets et nouvelles, à la vie autour de l'antre avec ses horreurs, ses dégoûts, ses admirations et ses sourires
une journée où, pour m'ancrer dans la quotidienneté, les machines et objets étaient entrés en lutte, lutte dont suis sortie victorieuse, couci couça, en maladroit entêtement
sur la ville, la splendeur du ciel
bien entendu, les nouvelles du monde,
et des lectures décallées.. comme finir fantaisie pour deux colonels et une piscine de Mario de Carvalho que j'ai lu lentement ces derniers jours (tombait mal, le ton déjanté de cette farce collait assez mal avec mon humeur, et je mettais du temps avant de m'y accorder et d'en tirer plaisir) 

4 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Oui, je n'ai pas trop aimé cet extrait de Carvalho (est-ce dû à la traduction ?)...

Le ciel bleu éponge des images de sang.

brigitte celerier a dit…

sans doute un peu (traduction) mais pas seulement.. promettait plus qu'il ne donne ce livre

tanette2 a dit…

J'aime beaucoup les faïences de ton antre et la couleur de ton ciel, (le nôtre est tout gris depuis hier.)

Gérard a dit…

..bravo Brigitte ..la Victoire en sortant.