mardi, avril 12, 2016

Temps mouvant et ce serait

ciel qui vire
la main douce du soleil
les claques du vent
la glycine tente de s'imposer malgré la taille, et le vidangeur se fait coquet – petite forme, je regarde la commune de Peter Watkins, trouvée sur la page Facebook de Caroline Gérard, je lis, je vaque et je reprends un ancien ce serait qu'ont publié les cosaques des frontières https://lescosaquesdesfrontieres.com
Ce serait – 52 – une dame blanche
Non ce ne serait pas une dame blanche, apparue pour terroriser sur une route nocturne
Ce serait un éblouissement
une forme qui semblerait passer
dans un virage aigu et brusque d'un corps devenu maladroit
Ce serait une vapeur qui voudrait prendre forme
Ce serait un passage fugace
effacé dans la fermeté retrouvée de deux pieds plantés
d'un buste qui reviendrait les surmonter
d'yeux fermés et rouverts
d'un cerveau qui retrouverait normalité
Ce serait une crainte si légère
si rapide
qu'avec le soulagement naîtrait une nostalgie.
Non ce ne serait pas une dame blanche
Ce serait un sourire que l'or envahirait
Ce serait une brume flottant sur un étang
Ce serait une nymphe s'enfuyant à travers un pré ensoleillé
Ce serait un effacement heureux du monde
et alors ce serait bien trop rapidement dissous.

7 commentaires:

anna a dit…

décidément, nous ne vivons pas sous ciel pareil.ici on se hisse à peine hors du froid que vous en êtes déjà aux glycines...

Dominique Hasselmann a dit…

"La commune", très beau film... (place de la République, ce serait comme un écho lointain et sans doute fugace)...

brigitte celerier a dit…

Anna le printemps a été précoce, suivi de froid d'où nous sortons lentement
Dominique, aimerais bien que ça prenne sur le peuple.. pas sûre que ce soit encore le cas (ici non en tout cas ou un peuple, disons, cultivé)

tanette2 a dit…

Belle photo de la vigne sur fond de ciel. Magnifique glycine et vidangeur original. Belle journée à toi.

Arlette A a dit…

Justement , viens de lire ..."un drapé fluide et fuyant" comme la vapeur de ta dame blanche, texte sur "la fluidité - désir "
Il reste un brin de beauté entre la glycine somptueuse et le vidangeur

brigitte celerier a dit…

l'est charmant lui - on se ferait vidanger presque avec joie

Gérard a dit…

J'aime bien ta photo de la dame blanche