jeudi, mai 26, 2016

Leur rendre grâce

pour avoir apprécié ce qui ne fut pas un poulet sauté mais une compote (plutôt bonne d'ailleurs)
pour les discussions comme pouvions, les débuts de controverses, les concessions, les sourires et les nouvelles, même si certaines sont mauvaises 
les intérêts partagés, les gribouillis,
la mini promenade en suivant la décideuse qui ne décidait pas vraiment
etc.. etc...
et maintenant que l'antre a retrouvé aspect d'antre/cocon, rangé/dérangé comme il sied, que j'ai tenté de sauver les quatre photos qui, elles, étaient réellement ratées, laisser le soir venir.

9 commentaires:

Arlette A a dit…

Le reste du partage d'amitié est tangible dans les mots et le repas

brigitte celerier a dit…

des petites inquiétudes aussi, mais ça en fait partie

Anna Urli-Vernenghi a dit…

Joli...

jeandler a dit…

La quiétude n'existe pas; rien que des instants de silence.

Dominique Hasselmann a dit…

Un patchwork d'images et de sentiments : leur brièveté fait aussi leur charme.

brigitte celerier a dit…

comme dans la vie :-)

Gérard a dit…

en parlant de photo ratée j'en ai posté une pour demain...

brigitte celerier a dit…

pas possible
tu sais pas faire

Gérard a dit…

Tu as vu je n'ai pas menti