lundi, juin 27, 2016

Agacement

un dimanche ordinaire,

lavage cheveux, soleil dans la cour assez fort pour que le visage s'y brûle, sans que cela devienne insuportable, un peu de lecture (un peu de Réinventer l'économie dernier numéro de la revue d'ATD Quart-Monde et les cinquante premières pages de Liberté dans la montagne de Marc Graciano) 
et finir de repasser robes et chemises sorties des housses.
Et cet agacement en lisant, en entendant, comme chaque fois que les journalistes redécouvrent le monde tel que vécu, de tomber régulièrement, pour englober l'univers des politiques et des éditocrates, sur le terme élite.. élite entraînant bien entendu à sa suite, c'est évident, au moins à ses yeux, toute la population, hors les classes défavorisées (les pauvres en langage ancien, ou ceux qui craignent de le devenir) que flattent les populistes de gauche et de droite réunis en un joli paquet méprisable, petit agacement récurrent, comme une dent gâtée que l'on caresse avec sa langue, qui a fini par me faire douter de ma compréhension instinctive du mot (souvent le sentiment qu'avec ma culture à trous, je gauchis, tords, involontairement le vocabulaire) et vérifier rapidement pour trouver
selon le Littré
Ce qu'il y a d'élu, de choisi, de distingué. L'élite de la noblesse.
D'élite, qui est de premier choix.
Dans l'armée, compagnies d'élite, les compagnies de grenadiers et de voltigeurs d'un bataillon d'infanterie.
Il se dit aussi des choses. J'ai eu l'élite de ses livres.
selon le Trésor de la langue française
Ce qu'il y a de meilleur dans un ensemble composé d'êtres ou de choses ; produit d'une élection qui, d'un ensemble d'êtres ou de choses, ne retient que les meilleurs sujets.
au singulier : Minorité d'individus auxquels s'attache, dans une société donnée, à un moment donné, un prestige dû à des qualités naturelles (race, sang) ou à des qualités acquises (culture, mérites). Synon. crème, fleur.
au pluriel : Classe minoritaire composée de gens qui, du fait de leur naissance et de leurs mérites, de leur culture et de leur capacité sont reconnus (ou se reconnaissent) comme les plus aptes soit à occuper les premières places de la société à laquelle ils appartiennent, soit à donner le ton à leur milieu.
Se dire, bon me semblait bien... et puis oui c'est vrai il y a le ou se reconnaissent...
A suivi, en faisant circuler le fer, en m'énervant de ma maladresse etc... une vague méditation... forcément sans fin.

7 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Il y a quelque part (sans devoir pour autant s'en agacer) de l'élite dans le Littré ! :-)

brigitte celerier a dit…

Dominique, et aussi dans le monde actuel.. mais noyés dans tant de ce qu'avec arrogance je trouve indigne de ce mot (effet de communautarisme dont ne sont pas conscients, pour reprendre leur langage)

jeandler a dit…

L'élite, vous avez prononcé ce mot honnis aujourd'hui, avec courage, j'espère, sans fausse honte, en ces temps de dévaluation.

Godart a dit…

Pour moi, difficile de dissocier élite et héritage.

brigitte celerier a dit…

quoique : ceux qui sont issus d'une longue lignée sont souvent ouverts, moins formatés et moins arrogants

Godart a dit…

Peut-être est-ce la proximité de mon domicile du lycée Henry IV qui me fait dire cela.

brigitte celerier a dit…

le problème est ensuite… et un certain enfermement dans un groupe, même étendu et une pensée même limitée à un squelette inconscient