vendredi, juin 03, 2016

Chronique d'un matin


comme n'avais plus de connexion, ni de patates, comme deviens trop lourde, mais comme le ciel me souriait dans la presque fraîcheur de l'air, ai pris couffin
m'en suis allée dans la lumière, appliquée à persuader mes jambes que, si, elles étaient solides, et que la marche était chose simple, surtout avec chaussures légères (avec menaces à la clé qu'elles n'ont, je crois, pas prises au sérieux) 
pour ne pas les solliciter durablement, ai fait faux bon à mon marchant de légumes habituel pour un stand où on n'attend pas, où les fruits et légumes sont juste un peu moins séduisants, et un peu moins cher, ai chargé modérément et utilement couffin et sac... m'en suis revenue en petites étapes, après avoir salué la collection de photos anciennes exposée par un membre de l'association du quartier des halles (lesquelles fuyaient mon appareil et ma maladresse)
en rencontrant
des brocanteurs plus nombreux que ces derniers temps, des groupes de tous âges et toutes langues, 
les petites herbes nées des dernières pluies, et un cortège de voitures CGT raliant une manifestation (saluées d'un sourire et d'un poing levé)..
un quart d'heures après mon retour la connexion est revenue, l'ai saluée avec modération, et, au fil des heures jusqu'à la nuit, le ciel s'est couvert, dégagé, repeuplé, une pluie est passée etc... la bonne grosse migraine qui m'était venue n'a pas lâché prise, non plus que mon refus découragé de nourrir Paumée (enfin, lui, l'ai contrarié couci-couça)

7 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Enfin, tant que l'on peut se déplacer à pieds secs...

brigitte celerier a dit…

même ciel d'un bleu intense ce matin, je voudrais pouvoir le fixer pour qu'il nous dure un jour entier !

jeandler a dit…

Nulle nécessité d'échasses, seulement avoir le pied marin.

brigitte celerier a dit…

heureusement que pas besoin d'échasses, n'aurais pas pu, n'arrivais déjà pas à avoir pieds stables

tanette2 a dit…

Chaussures assorties à la couleur du ciel mais je doute qu'avec de telles semelles la marche soi aisée...

Arlette A a dit…

Chaussures ou genre de soques plus pratiques pour ne pas se mouiller les pieds en cas de...

brigitte celerier a dit…

pour ce que l'on voit dans le Loiret ou en Seine et Marne ce serait nettement insuffisant !