jeudi, août 11, 2016

Après midi chez Lambert – 1

ciel bleu, mistral qui forcit sans être encore seigneur omnipotents,
suffisant pour déposer une branchette au seuil de ma cuisine, pour attiser les feux dans les Bouches-du-Rhône, pour susciter un commentaire qui m'a fait sourire sur la page Facebook de Jacques Bon Sans vent tu crèves de chaud, avec le Mistral tu as froid. Drôle de pays la Provence – commenté avec ben oui et après trois jours t'es fada avant d'endosser tee-shirt de coton un peu plus épais et veston d'été (avons perdu près de dix degrés) 
pour m'en aller vers la collection Lambert... j'avais envie d'aller à Arles, ai eu le tournis en consultant le programme des expositions, un coup de flemme, et réalisé tout d'un coup que non seulement j'ai loupé l'exposition Serrano cet hiver chez Lambert mais que ne suis toujours pas allé voir les expositions de cet été (pas de grandes exposition, mais une série d'expos de taille modeste)
accueillie dans la cour par la sculpture d'Adel Abdessemed le coup de tête belle taille (cinq mètres) et solide présence mais pas ce que je préfère ! et, dans le hall, par une série de photos d'André Serrano, annonçant sa belle exposition de cet été, dont je garde photos pour demain.. parce que bien sûr suis revenue avec beaucoup trop de photos, que j'en ai jeté un bon nombre, et gardé encore beaucoup trop, le plus souvent médiocres mais qui me serviront de mémoire.. donc je pense que vais en avoir pour deux ou trois jours. (le premier tiers, correspondant au premier étage de l'hôtel de Caumont, étant déjà très long)
Au premier étage, comme un hors d'oeuvre, une salle regroupant la longue procession de Shilpa Gupta que j'avais déjà vue, de très belles photos de Louis Jammes, 
des femmes iraniennes tirant une barque de Shirin Neshat et la barque surchargée d'Adel Abdessemed 
puis, dans une petite salle obscure, une belle vidéo solitude d'Adel Abdessemed, émotion calme..
avant la vraiment très réussie (aucune photo ne pourra rendre l'impression ressentie par les visiteurs) d'Amos Gitaï chronique d'un assassinat annoncé en écho au spectacle donné dans la cour d'honneur et à son film sur l'assassinat de Rabin,
réunissant trois grandes vidéos dont les images projettent sur les petits personnages de céramique disposées, dessous, sur de longues tables, des reflets qui les animent d'une vie étrange,
une table avec de petites photos du film, associées à un texte, de grandes photos belles et assez peu lisibles face aux fenêtres occultées, et, au plafond et au sol (les visiteurs d'instinct évitent de marcher dessus, même si là elles sont très floues) de grandes vidéos.. créant une cage mouvante, une immersion...….
en sortant, on passe devant la salle qui garde la fresque de Sol Lewitt, où est installée une petite boite enfermant une vidéo, et dont les parois portent des photos et dessins (Cristo et autres)
avant de déboucher sur la grande salle intérieure, accueillis par une sculpture d'Adel Abdessemeb (la tristement célèbre petite fille au napalm) devant de grands cercles de fer barbelé du même, posés sur le mur de fond, face à des oeuvres de Jenny Holzer évoquant les compte-rendus censurés de Guantanamo..
et j'en resterai à l'escalier au bout de l'aile, à l'oeuvre séduisante de Zannnnnng Huan sur le palier, au salut à la rue en émergeant au rez-de-chaussée.

7 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Il y a donc toujours la possibilité de contourner Arles si on ne peut s'y rendre...

Amos Gotaï : je suis persuadé que son film (vu) sur l'assassinat de Rabin est supérieur au spectacle (pas vu) qui en a été copié !

brigitte celerier a dit…

le spectacle n'était, pas plus que l"installation, copié sur le film, ce sont trois déclinaisons différentes sur le même thème par Amos Gitaï lui-même (assistait d'ailleurs au spectacle, et au vernissage)

Arlette A a dit…

Merci Chère Brigitte pour ce parcours et Merci aussi pour les liens en partage sur FB qui me plaisent et me correspondent

brigitte celerier a dit…

et grand merci pour votre passage

cjeanney a dit…

je ne connaissais pas Adel Abdessemeb, merci Brigitte !

cjeanney a dit…

et grâce à toi maintenant je découvre d'autres images, c'est incroyable comme ça me parle
http://ecriture-en-chantier.over-blog.com/article-adel-abessemed-artiste-deconcertant-98611110.html
(re-grand merci Brigitte !)

brigitte celerier a dit…

et voilà que je découvre aussi.. avec juste :
a) très long - essaierai de lire ce soir
b) ne connais aucune des oeuvres montrées dans la première partie
c) ne reconnais qu'en partie les qualificatifs (perfection presque industrielle) qui s'applique oui à la sculpture, beaucoup moins aux dessins qui au contraire ont un tracé gras, assez lyrique et qui sont ce que je préfère
d) au début j'étais assez repoussée par ce qu'il fait (comme les bas reliefs exposés cet été à cause de ce côté un peu moulage en plastique, alors qu'il s'agissait de matériaux nobles totalement gommés) et plus sensible aux intentions… il m'en reste quelque chose mais que je dépasse peu à peu