samedi, octobre 08, 2016

Mirliton pour mon couffin

Vendredi matin
j'ai promené mon couffin
ça me convenait
N'était pas urgent
de promener mon couffin
c'était prévision
Le ciel était bleu
Le froid d'automne était là
Je n'avais plus mal
mais plus de forces
Trébuchais couffin en main
flottais sur vide
Le monde était flou
J'ai ramené mon couffin
me suis débrouillée
J'ai vaqué, le temps a passé, j'ai dévoré, je me veux forte aujourd'hui pour repartir avec lui.

7 commentaires:

Hue Lanlan a dit…

c'était un doux couffin mais oh cette croix où se dresse-t-elle donc ?

brigitte celerier a dit…

au sommet de la coupole de la chapelle baroque de Saint Agricol

annaj a dit…

forte serez....

Dominique Hasselmann a dit…

Joli couffin, objet transitionnel pour aller plus loin...

brigitte celerier a dit…

Dominique, avec entêtement : il a dix ans - bon vais essayer de m'entêter ce matin...

jeandler a dit…

Un couffin qui a de la résistance.
Qu'il t'accompagne encore un bout de chemin...

Godart a dit…

Espace ouvert de la journée qui commence, liberté de son occupation, tout est possible. Espoir.