dimanche, novembre 06, 2016

jour à passer

haut moutonnement
gris sur blanc sur gris du ciel
verdissent les troncs
pas de pluie, pas de fièvre notable, mais jour d'yeux humides de toux, de nez éruptif, de gorge en tonnerre gras... suis allée faire ample provision de mouchoirs le matin, ai eu moment de conscience claire, d'endormissement, suis restée étrangère à l'étrangère et j'ai renoncé aux soeurs Labèque, à West Side Sotry à Star-cros'd lovers, aux danseurs, aux histoires d'amour en tournée
En rester à
en avoir désir mais point tout à fait assez fort... et jeter billet

8 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

L'obligation musicale chassée d'un coup de mouchoir : un peu le retour de la réalité par rapport aux sœurs Labèque, coqueluches (si j'ose dire) un temps déjà lointain des aficionados des concerts de piano...

brigitte celerier a dit…

je suppose que la salle était moins vide que la veille pour l'Homériade

Claudine a dit…

la musique est un bon médicament qui soigne l'âme et le corps

brigitte celerier a dit…

reste la musique en boite (sourire)

jeandler a dit…

Pas enrhumées mais effectivement coqueluches, pour un temps, les sœurs Labèque. Un jeu de connivence, une jeune bouffée d'air musicale.

brigitte celerier a dit…

un certain charme, mais j'étais pas vraiment en forme, me suis fait soirée douce, tant pis

Marie-christine Grimard a dit…

Avec ce temps, mieux vaut choisir la musique en chambre...

brigitte celerier a dit…

euh la saison aidant, le temps risque de devenir nettement plus dissuasif, donc la sortie s'impose, même aux paresseuses (sourire)