jeudi, décembre 01, 2016

jour de chance

jour de lumière bleue – jour que j'aurais trouvé glacial il y a peu, qui ne l'était pas tant – jour où, parce que l'amour a des exigences, j'ai décidé d'aller contre ma décision de ne plus jamais tenter de poster un paquet, après l'épuisante expérience il y a quelque temps – et où m'en suis allée, munie d'un sac de petits vêtements premier âge et d'un châle de fin lainage et belle étiquette le long de la rue Joseph Vernet jusqu'à la grande poste
jour où me suis trouvée seule pour faire une queue inexistante face à trois jeunes filles et deux jeunes gars aux petits soins (ne m'ont pas servi un petit déjeuner mais c'était tout juste)
Et pleine de cette certitude que j'étais dans un jour de chance, suis sortie pour tomber en pleine foire Saint André.
Comme malheureusement il n'y a plus de chevaux ai cherché les poules pour un échange de contemplations (ou une tentative, ces sacrés volatiles opposant une versatilité indifférente à mon admiration attentive - me vêtirais bien de plumes mousseuses)
et puis j'ai flâné (enfin un peu) entre les rangées de doudounes, de robes de laine, de chandails, de ceintures, casseroles et autres objets auxquels il m'était facile de renoncer.
ai tout de même acheté une superbe coupelle pour me servir de trop grand cendrier, décoré par la main de la femme du marchand (curieusement elle se livre à cette activité en Espagne et pourtant ils n'avaient pas l'accent) et pour cinq euros un foulard-chèche pour l'entortiller autour de mon cou quand un petit cafard le gèle.
Et comme c'était un jour de chance, après ces dépenses somptuaires, sur le chemin du retour, à Monoprix où j'étais entrée pour des serviettes en papier, des amuses-dents à la tomate et un petit classeur souple suis tombée sur une éditrice, coureuse etc... avignonnaise pleine d'esprit et de talents.. avons prévu de, si possible, faire route ensemble pour une fête dans le Lubéron en janvier, et je l'ai chargée de féliciter de ma part le jeune chanteur repéré hier, qu'elle hébergeait ces jours-ci.
M'en suis revenue guillerette par la place de l'horloge où Noël commence à s'installer et suis rentrée dans l'antre batailler en douceur avec carcasse (décidée à se rappeler à mon souvenir sans grande agressivité, juste pour m'occuper). 

8 commentaires:

jeandler a dit…

Que le soleil et la joie soient avec nous. Ce serait grande chance en ces jours hivernaux.

brigitte celerier a dit…

ici nous avons déjà (ces jours ci) le soleil
pour le reste...

Caroline Gérard a dit…

<3

Dominique Hasselmann a dit…

bonheur des petites choses, on vous sent toute guillerette, continuez sur ce chemin !

brigitte celerier a dit…

euh guillerette ce matin… mais carcasse pas d'accord
alors tranquilou

Claudine a dit…

Enfant j'avais apprivoisé quatre poules le temps d'un séjour à la ferme... sympathiques compagnes

Christine a dit…

gaieté des petites choses du quotidien

tanette2 a dit…

Ta carcasse n'est pas contente, elle aurait peut-être voulu que tu achètes une poule pour mettre sur ta terrasse, elle aurait eu un oeuf frais tous les matins..hi hi...