lundi, janvier 30, 2017

dimanche

ciel bleu clair sur cour
explosions éternuantes
My jelly roll soul
à la radio... milieu de matinée doucement méditante, pendant que les cheveux sèchent, pensées un rien floconneuses, ou sans ossature... et puis vaquer

en début d'après-midi, après avoir lu sur le fil du Monde que la participation était en hausse, et puis ces intentions de gens interviewés qui semblent montrer un sursaut de ceux qui grrr pour des raisons grrr... (bon il y a pire aussi, plus ahurissant, comme ce bonhomme découvert avant de m'endormir samedi sur Bfm.tv, passé de Mélenchon à Macron, qui depuis lors m'intrigue) j'ai été prise d'un sentiment stupide d'urgence, et sans attendre le dernier moment, comme l'avais projeté, avec l'idée d'assister peut-être au dépouillement, ai endossé ma parka, suis descendue, ai humé, ai ouvert la parka et tiré sur mon cou pour aller au devant de l'air doux,
et j'ai fait, sous un ciel qui hésitait à accueillir des nuages (ouin), le court trajet me séparant de la mairie annexe, et – hasard – avec trois autres petites vieilles, rebelles aux jugements qui veulent que Valls plaise à mon âge et doucement rigolardes, ai glissé mon enveloppe dans l'urne
et suis revenue, habitée par le désir que notre espoir tremblant ne se retrouve pas dans le fossé.

2 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Manuel Valls a été renvoyé à son bilan qui lui collait au dos comme un sparadrap à la Hergé : reste à savoir s'il aura aussi besoin d'une "assistante parlementaire" quand il réintègrera (qui sait ?), à l'occasion des législatives qui suivront l'élection présidentielle, l'Assemblée nationale... :-)

brigitte celerier a dit…

il n'a pas de chance… il semble que sa femme (même si ne l'ai jamais entendue) n'ai pas besoin de lui, ayant une activité personnelle