samedi, janvier 28, 2017

Suis pas sage

Après le ciel d'un bleu de pierre et le froid à casser les pierres, après le grésil et le temps gris, humide et froid, nous avions droit ce matin à un ciel tout aussi gris, humide, mais hors de petites rafales à un adoucissement très net, et la marmotte en a profité pour sortir de son terrier.
En longeant les boutiques de la rue Joseph Vernet en marche vers pharmacie, cigares, le Canard parce qu'il avait manqué à mon mercredi, en laissant glisser mes yeux sur les nouvelles soldes exhibées, je faisais de temps en temps des arrêts, regardais les étiquettes, pensais oh oui et puis, tu as une vie de petite vieille rétrécie, une penderie qui déborde de bidules plus (parfois très) ou moins vieilles et de toutes façons tu n'aimes porter que les trucs très vieux auxquels carcasse s'est apprivoisée, donc me répétais pharmacie etc... et rien de plus.
Mais fière de cette sagesse, en passant devant la Fnac suis entrée, me suis voté un livre, juste un parce que c'était la Fnac, parce que lis peu ou lentement en ce moment, parce qu'il y a dans le panier des en-cours une pile de cinq entamés ou non, plus les fichiers téléchargés...
donc, suis revenue avec ceci – et puisque ne suis pas ce vendredi soir à la galerie Elzevir pour les lectures dans le cadre du festival In situ / incipit http://fenetresopenspace.blogspot.fr/2017/01/quon-lui-coupe-la-tete.html je prends mes nouveaux entrants, dans l'ordre alphabétique des auteurs, et recopie leurs premières lignes
*
Niccolo Ammaniti la fête du siècle (un des gratuits proposés, on verra)
Attablés à la pizzeria Jerry 2 d'Oriolo Romano, les Enragés d'Abbadon tenaient réunion.
Leur leader, Saverio Moneta dit Mantos, était inquiet.
L'heure était grave. S'il ne parvenait pas à reprendre en main la secte, cela risquait d'être le dernier rassemblement des Enragés... là, je pense, euh..
*
Jane Austen Raison et sentiments (ça c'est un remplacement)
La famille Dashwood habitait depuis longtemps dans le Sussex. Elle jouissait d'une large aisance et avait établi sa résidence à Norland Park, au centre de ses domaines où ses membres avaient vécu depuis de nombreuses générations et s'étaient attiré l'estime et le respect de tout le voisinage...
*
Shûsaku Endô Silence traduit de l'anglais
Les nouvelles parvinrent à l'Eglise de Rome. Christophe Ferreira, envoyé au Japon par La Compagnie de Jésus portugaise, après avoir subi le supplice de «la fosse» avait apostasié à Nagasaki. Missionnaire tenu en haute estime, il avait passé trente-trois ans au Japon, occupé la position élevée de provincial et avait été une source d'inspiration tant pour les prêtres que pour les fidèles.
*
Haruki Murakami Ecoute le chant du vent, suivi de Flipper, 1973
Beaucoup de jeunes gens – et, dans le cas du Japon, la plupart d'entre eux – commencent par obtenir un diplôme, se mettent à travailler, et enfin, peu après, se marient. A l'origine, j'avais l'intention de suivre ce schéma. Ou du moins, je m'étais imaginé que c'était ce qui m'arriverait.
*
Laurent Mauvignier Continuer
La veille, Samuel et Sibylle se sont endormis avec les images des chevaux disparaissant sous les ombelles sauvages et dans les masses des fleurs d'alpage ; les parois des glaciers, des montagnes, les nuages cotonneux, la fatigue dans tout le corps et la nuit sous les étoiles, sur le sommet d'une colline formant un replat idéam pour les deux tentes.
*
Arto Paasilinna Moi, Surunen, libérateur des peuples opprimés
Nous sommes un soir d'hiver. Les rues de la grande ville sont désertes, seule une tractopelle solitaire déblaie les trottoirs de la neige fraichement tombée. Par les fenêtres des immeubles, les téléviseurs couleurs des salles de séjour projettent sur le noir du ciel leurs lumières changeantes.
*
Jean-Claude Pirotte Traverses
Un vertige de dates et de lieux. Carnet commencé dans le village de Bonfol, à la frontière du Jura suisse. Maison louée pour le plus étrange des motifs : un coup de foudre pour l'adresse, Sur les Advins, et le paysage bien sûr, cette région inconnue nommée «Ajoie». Pour de sinistres raisons, il n'est pas possible de rester, et les milliers de livres sont transportés dans le village voisin, Beurnevesin, à la «maison de la douane».
*
J.-B. Pontalis Le songe de Monomotapa (un perdu)
Quand nous nous réunissions pour décider du prochain thème dont traiterait la Nouvelle Revue de psychanalyse, il est arrivé plusieurs fois que notre choix se portât sur l'amitié. Sur la relation au père, à la mère, sur l'amour et la haine et leur alliance, la psychanalyse, suite à Freud, n'a cessé de revenir. Mais sur l'amitié, quasi-silence freudien, et presque rien depuis.
*
Pema Tseden Neige (nouvelles du Tibet)
Si le terme «neige» désigne le phénomène hivernal, c'est également un prénom féminin. C'est en effet le nom de la petite fille que le berger Chopa trouva dans la neige, une nuit, il y a quinze ans.
Cette nuit-là, le berger Chopa avait rêvé d'une femme qui disait être son épouse. Un nourrisson contre son sein, elle avançait en titubant sous la neige qui tombait à gros flocons...
*
Tanguy Viel Article 353 du code pénal
Sur aucune mer du monde, même aussi près d'une côte, un homme n'aime se retrouver dans l'eau tout habillé – la surprise que c'est pour le corps de changer subitement d'élément, quand l'instant d'avant le même homme aussi bien bavardait sur le banc d'un bateau, et puis l'instant d'après, voilà, un autre monde, les litres d'eau salée, le froid qui engourdit et jusqu'au poids des vêtements qui empêche de nager.
*

restera le problème de leur trouver une place..

11 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Vous voilà parée pour l'hiver, juste quand on apprend qu'il se radoucit... !

brigitte celerier a dit…

et grâce au radoucissement

Hue Lanlan a dit…

si belle invite que tous ces textes

brigitte celerier a dit…

et longue découverte de ce qui suit

Arlette A a dit…

Entre vitrines engageantes..et lectures beau programme et surtout du temps à soi je suis prenante et t'envie

Claudine a dit…

Silence et Neige me plairaient beaucoup. Ces auteurs vous ont bien choisie

les Caphys a dit…

Murakami ça me va complètement

brigitte celerier a dit…

Arlette, ça pour du temps à moi… j'en ai (sourire)
Claudine j'espère (là je suis dans un texte qui me rebute par trop de naïve prétention)

jeandler a dit…

Du pain sur la planche.
J'évite les librairies tant que le printemps ne sera pas arrivé.
Sur ma table, il est et pour longtemps.

tanette2 a dit…

J'ai quelques livres qui m'attendent et ta liste me sonne envie d'y en ajouter...

Anna Urli-Vernenghi a dit…

Excelent !