jeudi, mars 30, 2017

Matin il y avait

en moi un timide espoir évanoui mais une décision ferme
de la lumière sur les pierres et un ciel dur et pur
un petit souffle pour faire vivre les plantes
des moments d'éblouissement

et de grâce répandue 

3 commentaires:

Claudine a dit…

Me plaît la ferme décision des petites fleurs

Dominique Hasselmann a dit…

Floraison parlante...

brigitte celerier a dit…

la première est beaucoup beaucoup plus jeune que moi... mais j'osais me sentir soeur