jeudi, mars 09, 2017

Vie au soleil et joues usées

matin la ville
se piquait d'activité
se voyait grande
sermonait mon à-quoi-bon
mais m'offrait sourire bleu
récompense, peut-être, d'avoir posé les quatre dernières lignes, au petit jour, avant d'affronter les voix de la radio, à une petite histoire pour les cosaques des frontières qui était restée en panne... quelques courses, du ménage, mais comme deux livres me sont arrivés, ai feuilleté, picoré, ai humé, me suis intéressée, et puisque les cosaques des frontières http://lescosaquesdesfrontieres.com avaient accompagné mon entrée dans le jour, je reprends, avant de m'enfoncer dans le soir, un bidule qu'ils avaient publié
Tankas pour des joues usées

né de la pierre
sous un ciseau, tout joufflu,
charmant, enfantin,
sourire presque rose,
les siècles t'ont raboté
ou
jeune déserteur
de la troupe d'Eole
ventelet perdu
loin de la mer violette
tu gis raclé par les rocs
ou
angelot tombé
des nuages que portais
avec tes compaings
regarde ce monde usé
salue, envole toi
ou
tombé d'un linteau
toi l'amour aux douces joues
salies d'ivresse
une nymphe se penche
sourit, tu es pardonné

5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Joli texte lui aussi "restauré"...

brigitte celerier a dit…

merci !
et sans effort

Arlette A a dit…

La vie qui va et qui s'use en beauté

jeandler a dit…

Restauration
ne pas en perdre une miette
recoller les morceaux quand ils sont beaux.

brigitte celerier a dit…

merci Arlette
et puis, Pierre, l'usure a sa beauté