vendredi, avril 14, 2017

Pour moi (passez chemin ou pardonnez)

Suis ces jours dans le constat et l'incompréhension (enfin si, compréhension de ce qui provoque cette attitude, mais incapacité à y trouver un raisonnement) en vérifiant que l'honnêteté, y compris intellectuelle, l'humour tourné aussi contre soi, la bienveillance, la prise en compte du monde tel qu'il est et non tel qu'il meurt, la recherche d'une respiration même minime dans ce qui pèse sur les plus faibles, leur écoute et le travail sur ce qui en vient, et non sur ce qu'on décide pour eux, le constat que des discours révolutionnaires sans désir ni possibilité de faire une révolution sont un leurre, l'intelligence et la recherche de solutions à la base, sans tomber dans le compromis, et même les bouffées de colère qui, rares, prennent force sans nécessiter la clameur, l'humanisme, toutes ces choses qui, non seulement me séduisent mais me sont indispensables, sont des handicaps...
et donc cette navrance de savoir, sans pouvoir l'admettre, que ceux qui me conviennent, me sont proches, seront toujours perdants, et que nous subirons au mieux un dédain, au pire des reproches qui nous ébranleront sans nous faire changer...

10 commentaires:

Claudine a dit…

{émoticon du pouce levé}{celui de la lune qui va dormir}
Vous avez mille fois raison de ne pas accepter le discours ambiant du voter utile et les pressions

Arlette A a dit…

Itou ton propos est si juste

Dominique Hasselmann a dit…

Prenez de la distance, gardez votre humour et pensez que les rues se rempliront, le cas échéant, après le deuxième tour de cette élection "macronisée", de tous les gens qui crient leur colère contre l'injustice sociale...

brigitte celerier a dit…

merci Claudine, merci Arlette
Oui Dominique mais ce serait si bien qu'elles n'aient pas à l'être...

manoudanslaforet a dit…

J'adhère à tes paroles.... (je ne laisse que peu de coms mais te lis régulièrement...)

Godart a dit…

Si bien dit, texte en résonance avec celui d'Hannah Arendt dans la Crise de l'éducation.

GERARD Françoise a dit…

Je partage vos valeurs et vos désirs, mais je n'aboutis pas à la même conclusion car je pense qu'il existe aujourd'hui un espoir et une chance de tourner la page et de commencer enfin à bâtir un monde paisible qui respecte la nature et les plus faibles. Nous avons un différend politique mais l'amitié ne comporte ni dédain ni reproches, elle essaie toujours de comprendre l'autre et de l'accepter. Personne ne détient la vérité.

Monique Andrisson a dit…

J,espère en lisant votre réponse Dominique que les choses vont bien se passer cette élection est macronisé comme vous dites si bien

Monique Andrisson a dit…

Merci pour tout ces textes sI beaux

brigitte celerier a dit…

Françoise je sais bien, sauf que moi j'ai un long souvenir de Mélenchon, on me dit qu'il a changé, je peine un peu, et comme j'ai une vraie adhésion au programme de Hamon je resterai loyale... bon j'aurai un peu moins de mal à voter Mélenchon (en espérant qu'il ouvrira un peu son entourage parce que là, non...) que pour les autres au second tour
En outre j'espère bien que ce sera ma dernière présidentielle, garder un moment le rêve d'une France telle que la voudrais