mardi, avril 04, 2017

Rêver ou projeter (longuement)


petite brise pour modeler visage en douceur, soleil pour caresser les épaules
printemps accompagnant ma courte sortie vers les remparts
En milieu de jour profiter de la petite heure pendant laquelle, maintenant, visage et épaules baignent dans l'amitié du soleil – quelques tâches ménagères
attraper sur une chaise où il traînait le petit avant-programme du festival 2017, et, avec l'appui du site http://www.festival-avignon.com/fr pour les quelques images disponibles ou d'une recherche sur les représentations antérieures le cas échéant, entre rêve et pré-sentiment des désaccords ou refus de carcasse, et sans tenir compte des débats, lectures, expositions, concerts-lectures non encore précisés... piocher des envies
dans la cour d'honneur : l'Antigone de Sophocle par Satoshi Miyagi (pour plaisir des yeux et de l'intelligence après son Mahabharata dans la carrière de Boulbon l'annee dernière) – la Fiesta d'Israel Gavan because flamenco porque lui – et si je peux avoir une place Femme noire (une seule nuit) parce que... ben des tas de raisons, Angélique Kidjo, Isaach de Bankolé et leurs invités,
photos Takuma Uchida, Rubèn Camacho, Sonia and Mauro/Myrna Suarez
Gymnase Mistral (petite crainte, dépend horaire) : Scena Madre d'Ambre Senatore 7 danseurs explorent, autour d’une même action, le jeu de nos relations humaines, et peut-être surtout, sais pas trop pourquoi, pour cette fichue famille et voir ce qu'elle inspire Sainte extaste, les Atrides huit portraits de famille et puis parce qu'Italie, parce que huit jeunes auteurs que connais pas mis en scène par Antonio Latela que connais pas encore, mais : huit pièces de deux heures, c'est l'épreuve de l'année
Gymnase Aubanel (appréhension carcasse, comme lancer des dés) très envie de Saïgon de Caroline Guiela Nguyen une ville qui n'existe plus : Saïgon, la ville de sa mère au Vietnam et puis parce que très bon souvenir : Emma Dante avec Bestie di Scena (là aussi une petite vidéo)
photos Bastien Capela, Brunella Giolivo, Jean-Louis Fernandez, Masiar Pasquali
cour du Lycée Saint Joseph où le ciel est grand : avec curiosité parce que Samoa et pour la lisière du politique et du mystique (si cela signifie quelque chose) Standing in the time de Lemi Ponifasio – et, sans doute, parce qu'inconnu de moi et parce qu'Amsterdam Ibsen Huis de Simon Stone ainsi que Juliette Binoche et Alexandre Tharaud dans leur Vaille que vivre autour de Barbara (quoique... pas très sûre)
photos MAU, Jan Versweyveld, Angelo Cricchi/Marco Borggreve
si possible tous (parce que souvent humbles et bons, sympathiques) spectacles dans le petit gymnase du Lycée Saint Joseph qui abrite cette année les spectacles du Conservatoire national d'art dramatique : Roberto Zucco, prologue sur le théâtre pour Yann-Joël Colin, Claire, Anton et eux pour François Cervantes, Impromptu 1663 Molière et la querelle de l'Ecole des femmes (là, certaine) pour Clément Hervieu-Léger et Juliette, le commencement de Grégoire Aubon pour Marceau Deschamps-Segura
photos Christophe Raynaud de Lage
au Cloître des Carmes : parce que l'un des deux spectacles de Tiago Rodriguez et parce que curieuse une fois encore de cette histoire de souffleur, si j'ai bien compris Souffle, et certainement parce que Tunisie parce que http://www.lacompagniedesoi.com/spectacles/face-a-la-mer/ Face à la mer, pour que les larmes deviennent des éclats de rire de Radhouane El Meddeb
dans mon cher cloître des Célestins (même si là après beaux souvenirs de légères déceptions les dernières années depuis qu'il n'est plus voué à la musique ou à la danse) sans doute la princesse Maleine de Maeterlinck par Pascal Kirsch et certainement Kalakuta Republic de Serge-Aime Coulibaly d'après la vie de Fela Kuti (jazz, lutte contre corruption, Niger... en gros, et puis une vidéo sur le site du festival)
photos Jose Marques, DR, Pascal Kirsch, Doune Photo
je déteste aller à Benoit XII qui est un des lieux qui ne m'aime pas, mais il y a souvent de fort bons spectacles et là, suis très tentée par le spectacle en trois temps (danse) de Kettly Noël (Bamako), Nadia Beugré et Nina Kipré (Abidjan) et Seydou Boro et Salia Sanou (Ouagadougou) mais vais faire l'impasse sur l'autre spectacle de danse, plus tard
Comme chaque année, je sais d'avance que louperai (c'est gratuit et sans réservation) la série de midi dans les jardins de Ceccano (question de résistance carcassienne) même si c'est Taubira (d'année en année c'est un des trucs à ne pas manquer, que je manque)
chez Vilar très tentée par Ramona les marionnettes de Rezo Gabriadze (Tbilissi) et (si je peux avoir une place (il y en a peu) l'unique représentation du Hamlet monté par Py avec des prisonniers du Pontet
et puis bien entendu essayer d'avoir billets pour les quatre fois deux spectacles plus celui fêtant les 20 ans des sujets à vif au jardin de la Vierge de Saint Joseph
photos Antoine Tempé, Gildas Mahan, MargoTamizé, Irakly Sharasgidze, Raynaud de Lage
hors les murs et proche, la Chartreuse (si horaire compatible) Unwanted de Dorothée Munyaneza un peu casse-cou : faire de la danse à partir de témoignages de victimes de viols en zone de conflits http://anahi-spectaclevivant.fr/dorothee-munyaneza/unwanted/ et The last king of Kakfontein de Boyzie Cekwana (Durban) http://www.kelemenis.fr/fr/les-spectacles/515/the-last-king-of-kakfontein
hors les murs et proche encore (résister à la tentation de marcher en milieu de jour tout de même) au gymnase Paul Giéra je tiens, au petit risque d'une déception, au Birgit Ensemble (Julie Bertin et Jade Herbulo) et à leurs deux spectacles (parties d'une trilogie intitulée Europe mon amour) Memories of Sarajevo et Dans les ruines d'Athènes http://www.sceneweb.fr/le-birgit-ensemble-dans-la-programmation-du-festival-davignon-2017-avec-memories-of-sarajevo-et-dans-les-ruines-dathenes/
comme, sans doute, par curiosité et pour Penthésilée de Kleist qui est à la base, la fille de Mars de Jean-François Matignon http://www.19-10prod.com/telechargement/Dossier_la_fille_de_mars291215.pdf
photos Brice Clarke, Lungile Cekwana, Enrico Dagnino, Angelos Tzortzinis, Michèle Milivojevic
tout à côté, à la Fabrica pas très certaine d'être tentée par Py (toujours petite hésitation... bons ou décevants spectacles et une envie de condenser) Les Parisiens http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/les-parisiens et sans doute davantage par la découverte de la danse.combat avec la matière de Dimitris Papaioannou (un spectacle au titre tout simple au moins à cette heure nouvelle création)
et puis deux noms qui sont appels et deux petites expéditions (rien à la carrière cette année)
avec Cassiers (bons et mauvais souvenirs, mais tout de même... ben les pas très bons c'est encore du Cassiers) à Védène avec le sec et l'humide – me sens coupable de ne pas avoir si envie que cela de Littell (préjugé, je n'ai eu le courage ni des Bienveillantes, ni de celui-ci), ni des rexistes malgré l'intérêt indéniable de la chose... on verra
et, me tentant beaucoup plus, un de ceux qui me tentent le plus, j'y tiens finalement... mais tel souvenir du big malaise l'année dernière – enfin cette année prendrai la navette sans vouloir faire bande à part – le parc des expositions avec Frank Castorf montant Boulgakov et le roman de Monseur de Molière
photos Pierre Lebon, Julian Mommert, Hervé Véronèse, Thomas Aurin
Je suppose que vous avez mieux à faire que de lire ceci, moi suis crevée et contente, pourrais presque en rester là, à cette liste.. tout de même pas, non, tout de même pas, et resteront à caser les lectures à Calvet et (envie toujours) Mons, peut-être des concerts lecture, et un petit peu, avec remords que ce soit si peu, du off.
Reste surtout à me demander comment vais financer cela. 

8 commentaires:

annaj a dit…

superbes naturellement les possibles

Claudine a dit…

appétissants projets - vu d'ici me tenterait Tharaud & Binoche

brigitte celerier a dit…

reste à les rendre possibles et à espérer que nous accorderons, ces possibles et moi

Claudine, sais pas... un peu trop évident peut-être (sourire auto-ironie, j'entends d'ici les commentaires)

Marie-christine Grimard a dit…

Beau programme !

Dominique Hasselmann a dit…

Quel programme... Il ne faudrait pas que cela devienne un pensum !

Dans tout ça, je retiendrais Olivier Py et les prisonniers du Pontet et puis la prestation de Christiane Taubira (après les élections, ses choix de citations seront parlants...), au moins.

jeandler a dit…

Un programme appétissant mais bien trop copieux. Pourquoi ne pas l'étaler sur plus de temps ? Difficile de choisir, l'eau à la bouche.

brigitte celerier a dit…

Marie Christine : on verra faut déjà que je trouve fric, forces et enthousiasme (moi ce qui me plait c'est l'importance de l'Afrique)

Dominique, malheureusement pour Taubira à midi à Ceccano je sais que ne pourrais pas, et que ce ne serait pas sage surtout pour tenir le coup sur la longueur (et en fait entendre très mal) - pour les prisonniers on verra si je peux avoir un billet, mais je rends hommage (sans doute guère plus qu'une cinquantaine de places)

brigitte celerier a dit…

Pierre, la ville, le festival, les financeurs peinent déjà à pouvoir assurer cette durée, et il y a de plus en plus de choses à caser dans cette durée (parce que il y a dans le in tous les trucs gratuits en plus et le off (1600 spectacles en gros l'année dernière pour celui-ci)