dimanche, juin 25, 2017

retraitoun (en brigetounien)

de poids insidieux en fatigue coléreuse,
de résignations trop aisées en désirs refoulés dès leur aube,
de sottise caressée en enthousiasmes mort-nés,
de paresseuses révoltes consensuelles en sagesse indifférente,
de peurs sans raison en défis idiots,
Brigetoun deviendrait baleine hargneuse,
fait petite retraite en son antre et son être
avec entrainements dans la chaleur de la ville

pour une durée indécise.

9 commentaires:

Claudine a dit…

Re-pausez-vous bien, on vous attendra en musique

Marie-christine Grimard a dit…

Garder l'essentiel : le Plaisir !

Arlette A a dit…

En totale harmonie

Dominique Hasselmann a dit…

Une petite pause n'est pas interdite !!! :-)
La canicule va aller voir ailleurs si elle y est....

Anonyme a dit…





Superbe !!

brigitte celerier a dit…

Arlette, es tu vraiment aussi défaite que le baleine avignonnaise ?
Dominique elle était en décalage ici, nous étions juste un peu en dessous et depuis trois jours sommes dedans... devrait s'améliorer demain

jeandler a dit…

Je vais rêver de la baleine hargneuse
toute la journée
à saut et à gambade

brigitte celerier a dit…

imaginant les sauts et gambades elle se fait rieuse la baleine

Hélène Verdier a dit…

comme Arlette, en harmonie, mais demain tout reviendra, avec un peu de distance aussi face au sentiment du dérisoire, parce qu'écrire est un besoin, une pulsation, et parce qu'on mesure le vide lorsqu'on ne le fait pas, parce que le matin, on va faire le tour des écrits, et parce que les lecteurs comptent