lundi, juillet 03, 2017

dimanche matin ordinaire, avec vent

ciel bleu dur avec quelques lambeaux blancs emportés, bannières et bannes en brusques secousses (et calmes dès que je sors mon appareil), cheveux dans la bouche, jupe plaquée ou dansant devant mes jambes, couffin vide me précédant ou dansant derrière moi, premières affiches ou affiches restantes prises d'indépendance, marche à grands pas libres et brusques déportement chancelants m'en suis allée entre lumières et ombres vers les halles
800 grs de morue, un bidon de trois litres d'huile de Nyons, un peu plus d'un kilo de pommes de terre Béa du Roussillon (à cause du prénom), des mini aubergines, trois grosses courgettes, quatre pommes rouges, un poivron jaune, un bulbe de fenouil, une petite aile de raie, un colinot et une darne de colin, poids suffisant...

et un retour dans l'air tiède et les tintements de cloches, dans un vent légèrement apaisé qui ne faisait que jouer du coton fin de ma robe, avec pauses méditatives pour reprendre force dans le soleil, pour demander aide d'une vierge de rencontre, pour jeter coup d'oeil à une liste de spectacles futurs dans un théâtre en attente de sa vie éphémère.

13 commentaires:

Godart a dit…

Passé minuit, l'huile d'olive de Nyons me paraît toujours aussi chère.

Claudine a dit…

Belles photos vraiment, richesse des couleurs. Pensées pour Avignon

brigitte celerier a dit…

Godart à moi aussi, d'autant que j'en avais déjà (mais pas la même) une bouteille parmi mes huiles "habillées", mais finalement pas beaucoup plus chère que le mélange local, et il n'y avait plus que ça en bidon de grande taille (devrais en avoir jusqu'à mi ou fin août comme ça)

Marie-christine Grimard a dit…

Un menu multicolore pour prendre des forces avant le festival, vous en aurez besoin.
Merci pour ce bleu si pur que nous avons perdu ici !

brigitte celerier a dit…

l'était pas tout à fait pur le bleu, et la température juste un peu trop basse (avant de redevenir un peu trop haute sans doute...), l'était bleu mistral

Hue Lanlan a dit…

et ce bleu presque entêtant d'un ciel réconforté de pommes de terre " béa" qui rendent le marché comme un coin de pause entre terre et ciel ;-))ah que les photos sont belles

brigitte celerier a dit…

suis fidèle aux Béa, en plus elles sont bonnes et leur présence est fugace

Dominique Hasselmann a dit…

Le théâtre a déjà commencé et une représentation à la Arcimboldo s'annonce !
Votre nouvel appareil fait des merveilles...

brigitte celerier a dit…

mais manque cruellement de spontanéité... ou du moins le couple que je fais avec lui (sourire)

jeandler a dit…

Le vent apaisé ou le couffin trop bien lesté.

brigitte celerier a dit…

les deux.. Pierre, les deux.. mais l'avancée n'en état pas plus aisée... prendre son temps

Arlette A a dit…

Toujours intéressée par les noms anciens des rues d'Avignon "Fourbisseurs" on pense à fourbi un tas de trucs divers ne pensais aux armes blanches que l'on fourbissaient Merci

ana nb a dit…




pour le bleu mistral et la liste de courses qui donne faim