mercredi, juillet 05, 2017

Par les rues, dans le suspens avant le festival

Parce que deviens moderne, comme le veut notre monde marchant, avais désir (et la honte allant avec) d'essayer de récupérer une partie au moins des près de quatre vingt dix euros dépensés en billets dont je sais, avant même les petites difficultés du festival, que ne pourrai les utiliser, désir aussi, sans grand espoir – et j'avais raison – de trouver billets proposés pour les deux dates qu'aurais dû choisir. Ai préparé un bristol, écrit avec plus de soin que jamais – étais lisible par extraordinaire -, l'ai mis dans un joli petit étui, avec un escargot de scotch, et une première liste de sept spectacles dans le off sélectionnés, parmi les 1480 propositions, pour leur intérêt supposé, et leurs horaires – ô ma honte en négligeant à priori tous ceux, souvent plus discrets mais sans doute plus conformes à mes goûts, qui ont lieu en milieu de journée ou début d'après-midi, là aussi les plus fragiles sont soumis aux pires conditions – dans le off)
et m'en suis allée d'abord vers le cloître Saint Louis, avec le nouvel appareil auquel je tente toujours de m'apprivoiser – au moins aux fonctions les plus simple – en main, le plus souvent - puisque c'est le plus aisé si ce n'est le plus sage –, ramenant bien entendu trop de photos, ainsi que deux petites tentatives de prise de vues en marchant, sans trop trop de cahots. J'en ai conservé encore trop, pour bricoler petite vidéo, images et résumé de mon circuit matinal dans une chaleur, sous un ciel, avec une carcasse qu'aimerais conserver en cet état tout au long des jours à venir...

le bleu du ciel s'approfondissait, se faisait lentement plus intense, l'air frémissait doucement, la chaleur montait vers les 32 degrés idéaux, mes hanches aimaient bouger... et la rue Joseph Vernet était presque vide, du moins sur les trottoirs, les murs ronronnaient sous le soleil ou jouissait des ombres, et quelques premières affiches trichaient avec la date autorisée ...

6 commentaires:

Godart a dit…

Petit film épatant. Chronique d'une journée pas si ordinaire que cela. Tous les ingrédients semblent réunis pour un bon cru de ce festival d'Avignon 2017. Et ce ciel bleu, et cette chaleur, seule prière : un mistral raisonnable, juste pour rafraîchir.

brigitte celerier a dit…

oh oui (mais pas jeudi soir... suis au palais avec une mauvaise place)

Dominique Hasselmann a dit…

approche... c'est bien, ce rythme des pas dans la vidéo... le rideau va s'ouvrir...

Claudine a dit…

C'est vrai, exquis petit film. Je vous souhaite déjà un bon festival.

brigitte celerier a dit…

Dominique, ils étaient (les pas) dans le premier petit clip, alors les ai reproduis... facile et ça m'ennuie toujours, même si l'envie est grande, de prendre une musique même sur un disque acheté

brigitte celerier a dit…

Merci, Claudine