samedi, septembre 02, 2017

projets remis

un coup de mistral sans violence (bien frais tout de même quand on marche dans son lit) et un ciel brusquement libéré et approfondi jusqu'au bleuet
quelques courses modiques pour ne pas arriver trop en avance devant la billetterie de l'opéra avec un première liste de mes envies... longtemps calculée, compte tenu de la difficulté d'obtenir de la banque un rendez-vous pour renflouer mon compte (ce qui demandera ensuite au bas mot trois semaines) - avoir au moins onze spectacles pour obtenir une réduction de 20%, tenir compte de la difficulté d'accès, surtout sensible en hiver, à la salle provisoire, garder le montant des impôts, des dons et prélèvements divers, d'une vie réduite etc... – et découvrir une assez forte file d'attente devant les portes – échanger avec ceux qui partageaient mon envie de tuer le temps, dans un îlot à l'abri du souffle et la tiédeur du soleil fatigué
et puis quand avec près d'un quart d'heure de retard les portes se sont ouvertes apprendre que, malgré une répétition et à cause de changements de règles – des spectacles annulés ou déplacés du fait de retard dans les travaux et surtout en ce qui me concerne la non prise en compte dans les abonnements de la musique baroques – tout devait être fait à la main, avec tractation, calcul et re-calcul, et que plusieurs heures d'attente étaient à prévoir.
Alors ai pris un grand bulletin, ai tenté de récapituler toutes les nouvelles consignes (c'était assez mouvant, et un rien brouhaha), avant de rentrer dans l'antre... reprendre, élaguer, hésiter, faire nouvelle liste dépassant légèrement la limite que m'étais fixée (rogner légèrement sur la vie courante) et laissant en suspens jusqu'à la mi-octobre.. tant pis pour les choix de place... une grande partie de mes désirs.
Et puis, pensum fait, me plonger un long moment dans la lecture des ordonnances et une aide au décryptage plus pertinente que le ronron paresseux des journalistes se basant sur les discours... http://www.ugict.cgt.fr/articles/actus/telechargez-la-version-definitive-des-5-ordonnances-loi-travail et http://www.ugict.cgt.fr/articles/references/ressource-ordonnances... avant d'abonner à mi chemin et de récupérer mon retard (huit billets) dans le chantier Féroce de Benoît Vincent http://www.amboilati.org/chantier/feroce-78/ et suivants (en accompagnant ma lecture de balades sur Google Street News)


7 commentaires:

Claudine a dit…

…et je retiens deux que je multiplie par trois…
Formule magique

Dominique Hasselmann a dit…

... Mais vous n'arrêtez jamais ? Le théâtre à peine terminé, voilà l'Opéra qui s'annonce ! Je comprends qu'Avignon ne soit jamais déserte...

Il est vrai que la musique sur ordonnance(s) est sans doute la meilleure prescription en ce moment ! :-)

brigitte celerier a dit…

pour le moment je le contente de la musique en boite (un peu comme ma mère quand étions enfants qui, pour elle, prétendait se soigner en gardant l'ordonnance et la lisant... trop fauchée)

Arlette A a dit…

Ton audace courageuse et entreprenante me sidère je pense avoir 100ans et plus mais Bravo tu es tonique

Godart a dit…

Double reflux, quand l'administration se privatise, le privé s'administre.

brigitte celerier a dit…

ben Arlette je me demande pù tu vois de l'audace... fais pas grand chose sauf des projets

jeandler a dit…

Toutes ces ordonnances font un rien ancien régime...qui risque d'être sec !