mercredi, novembre 01, 2017

Doucement


Tant et tant d'années
et tant et tant de saisons
gaies ou mauvaises
carcasse qui fut niée
se venge et me gouverne

mais le vent s'est endormi ou s'en est allé, les nuages ne sont pas revenus, l'air s'est attendri et mes jambes étaient de meilleure humeur...

10 commentaires:

Arlette A a dit…

Temps de pause spleen de l'automne ressens aussi un vague mal de vivre

brigitte celerier a dit…

moi c'était plutôt jambes qui disaient voulons plus

Claudine a dit…

Volé ces jours les dernières pépites de lumière en votre beau pays en pensant aux cosaques

brigitte celerier a dit…

allons nous voir ce qu'elles sont devenues ainsi captées ?

jeandler a dit…

La liberté retrouvée
la porte ouverte
vers un ailleurs

Dominique Hasselmann a dit…

Vous allez reprendre vos pérégrinations... la musique vous appelle !

brigitte celerier a dit…

pour le moment j'essaie de déployer mon petit corps pelotonné contre le froid...
les musiciens sont en vacance

Godart a dit…

La deuxième photo est une belle ouverture porteuse d'espérance.

brigitte celerier a dit…

platement l'espérance de l'antre (mais pas seulement)

Anonyme a dit…

Very good site! I truly love how it really is simple
on my eyes and the articles or blog posts are well written. I am wondering
how I might be notified anytime a new post has been created.
I have subscribed to your RSS which must do the trick!
Have a fantastic day!