mercredi, décembre 20, 2017

Santons, santonniers et plaisirs égoïstes

plaisir de trouver en bas de l'escalier, ce matin, une carte me souhaitant tout plein de bonnes choses venue en sautant les frontières
plaisir de lire, dans l'après-midi, la suite du journal de résidence à l'abbaye d'ardenne de Christine Jeanney http://christinejeanney.net/spip.php?article1388
plaisir, à la tombée de la nuit de trouver, chez Lélius, une vidéo assez merveilleuse montrant Ravi Shangar guidant (en chantant de tout le corps) sa fille Anoushka qui joue du shitar, avec la beauté de la musique et le regard de la belle jeune femme.
et puis, pour en revenir au matin, mon petit circuit, marche cahoteuse mais résolue, pour me nouer un peu dans l'esprit des fêtes, flatter mon goût de toujours pour les santons, depuis l'enfance (même si alors les santons valaient surtout parce qu'ils étaient nôtres, davantage que par leur aspect) - n'en déplaise à Wauquiez ou autres, il n'y a là aucune revendication identitaire - idée et mot trop laids - et fort peu de religieux.
En passant par Saint Agricol
pour une visite rituelle à ses grands santons, et surtout à la vieille, à laquelle voulais m'identifier, mais ma foi elle m'a regardé avec un air par trop revêche
Par contre suis restée un moment, solitaire dans l'ombre du bas côté pour écouter l'organiste... ne sais ce qu'il ou elle jouait, ou si c'était improvisation mais c'était très beau.
Ai continué, toujours dans le flou de mes jambes, mais avec les yeux ravis par la façon dont la lumière, que trouvais spécialement douée, touchait les arbres ou des bouts de façade vers les Célestins, la grande crèche de Carbonel et le petit marché des santonniers (n'étaient que cinq, il me semble, cette année) confiserie, petits décors.
Je m'étais dit pas de santons, et puis m'étais finalement fixé un maximum, mais les derniers ensembles d'Isoline Fontanile http://www.santounette.fr/2017/10/les-santons-d-isoline-fontanille-gard-aux-santons-2017.html me semblaient vraiment trop, trop chers - je me disais peut-être un mouton, ou les chèvres s'affrontant, ou un des ânes... en fait ils n'étaient pas là et n'étaient disponibles que sur commande. Par contre ce fut un long et agréable moment parce que Isoline et son compagnon (dont j'ai appris qu'il était responsable des ensembles) étant indisponibles le stand était tenu, et comment ! - même si la vente n'était semble-t-il pas son premier souci – par son père et initiateur, Jean-Marie Fontanille, santonnier à Pujault où il décore la chapelle Saint Vérédène (il m'a donné un trac, lui ai dit navrée mais n'irai pas, dommage… par contre j'ai trouvé ceci cet après-midi http://www.horizon-provence.com/santonnier/jean-marie-fontanille-santons.htmpassionné, bavard, amoureux des santons et des santonniers jeunes ou anciens, évoquant avec sympathie leurs styles différents...
L'écoutant, lui répondant, je caressais du regard les santons, ai choisi le berger allongé parce que me semblait fait pour moi et puis finalement ce furent deux autres bergers, ne dépassant que de cinq euros ma limite..
Et puis, mon petit trésor de l'année en mains, j'ai promené mes yeux à travers le village de Carbonel (ma foi la crèche est si grande que ne voyais pas tout)
Âme d'enfant insouciant, jambes de vieille un peu raffermie, j'ai pris la rue des trois faucons, m'arrêtant en passant chez une chocolatière pour m'offrir – j'exagère - deux tablettes de chocolat de crus choisis et six truffes… 
jusqu'à la place Saint Didier pour entrer dans l'église et voir la crèche.
J'aime bien certains de ses santons, plus petits mais aussi fins ou presque que ceux de Saint Agricol, seulement, ma foi, les conditions de sécurité : crèche assez éloignée des forts barreaux doublés d'une glace, et présence de deux hommes, au demeurant fort polis, me regardant, assis derrière leur table, que j'en profitais assez peu et ne me suis guère attardée...
retour dans l'antre, démailloter mes deux nouveaux petits bonhommes, le tondeur de mouton et le vieux berger montrant l'étoile, les poser dans un coin, dans l'attente, demain je pense, du reste de la troupe, et puis lire ou écouter, avec honte de plus en plus forte, ce qui se passe dans le monde et notre beau pays...

13 commentaires:

Claudine a dit…

Ah les voilà les santons ! Ils sont très beaux !

Marie-christine Grimard a dit…

Magnifiques œuvres d’Art. Merci !!!

Hue Lanlan a dit…


merveilleux santons et leurs petites scènes de poupées et des paysages où se projeter, merci et belle journée à vous Brigitte

mémoire du silence a dit…

Un autre monde ici lecture première de mon matin encore silencieux de la nuit ... Ravi Shangar ... les bergers ... le bonheur partagé et la honte si forte .... merci

Arlette A a dit…

Merveille ta promenade au milieu des santons Merci et ton choix peu commun je ne les connaissais pas ils sont criants de vérité

jeandler a dit…

Les voici les santons espérés...Retrouver son âme d'enfant ne fusse qu'un instant en oubliant la misère du monde en rentrant ses moutons à la bergerie.

Schulthess Eric a dit…

Merveilles 😊

Christine Zottele a dit…

j'aimerais bien voir un jour toute la troupe de vos santons acquis malgré la limite chaque année fixée... est-ce prévu?

Godart a dit…

Simplement pour dire que les deux santons choisis sont très beaux et évoquent bien Noël. La tondeuse de moutons symbolisant l'artisanat du quotidien en voie malheureusement de disparition, et le berger l'espérance qui nous aide quand même à vivre. L'esprit de Noël en deux petites figurines.

Dominique Hasselmann a dit…

Santons sous la neige ?

Ils vivent leur vie, tranquillement et chaque année, c'est leur fête - grâce à vous !

Arlette A a dit…

Tu es en panne plus rien ne passe

brigitte celerier a dit…

un beau modem neuf - mais une Brigetoun au crâne vide, enfin plutôt, et qui a mal dormi
alors mes santons ce sera demain (mais j'ai beau faire n'arrive as à des photos correctes…)

Anonyme a dit…

Qu'il est beau le santon du vieux berger montrant l'étoile :-)
C'est une joie pour moi de découvrir tous les ans vos santons, vous devez avoir une collection conséquente ! Bon Noël Brigetoun.
c'était au balcon en Lozère pour mon grand plaisir.

Flore