lundi, janvier 29, 2018

Dimanche un peu à côté de moi

ciel bleu, et presque tendresse de l'air je crois, mais petite forme (et du coup je frissonnais, du moins le matin, jusqu'à ce que carcasse se couvre de trois couches de coton ou laine) et puis pas envie de grand chose dans le monde extérieur – rester dans l'antre
le limpiar un peu, avec application, mais sans me décider à faire l'argenterie, et avec des pauses, commencer à classer des photos, abandonner, garder pour la nuit une nouvelle plongée dans le Quichotte d'Eric Pessan, pour retrouver la fête, fête des auteurs et fête de la croisade – souvent drolatique et toujours merveilleusement vengeresse – de Quichotte contre ce qui pèse sur nous dans notre monde dominé, et dans les moments de calme carcasse et d'esprit en éveil, 
reprendre, en picorage, avec parfois des noyaux de concentration, les textes réunis dans l'introduction de la pelle – poèmes 1967-1989 d'Alain Veinstein, cueille ceci, au début (presque) d'après coup (à la recherche de l'écriture d'un récit)
Un seul mouvement libére-
rait le cours, ferait voler la
journée en éclats, céderait
la place au désoeuvrement.
L'immobilité, au contraire
donne prise à l'occupation:
immobile, un corps occupe
toute la terre. L'immobilité
(origine et fin confondues)
même au coeur de la route
(les premiers mots)

et puis, avec une attention fluctuante (et des retours en arrière quand j'en prenais conscience) écouter Bernard Stiegler, le cou ceint d'une belle écharpe, dire, en août 2011, pourquoi et comment philosopher aujourd'hui ? (comme la vidéo dure plus de deux heures et demi, je me contente d'un lien – si le coeur vous en dit - https://www.youtube.com/watch?v=7PC-WDHxXU0)

5 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

"limpiar"... j'avoue mon ignorance !

brigitte celerier a dit…

nettoyer, en espagnol et brigetounien

Arlette A a dit…

Ah!!!merci me semblait plus qu'ignorante pourtant attentive au briegetounien
Ton antre chaleureux

tanette2 a dit…

Grâce à google j'avais compris "limpiar", mais tu as bien fait de rester dans l'antre, ce que tu nous en montres est bien beau.

brigitte celerier a dit…

les photos améliorent nettement !