samedi, mars 31, 2018

Une pincée de jeûne et pas de messe pour ce vendredi très laïc

départ vers neuf heures trente, entre bleu voilé et gris foncé à l'horizon, bouche collée de soif et jambes un peu tremblantes de douze heures de jeûne, y compris mon traitement, dans un air qui avait retrouvé un peu de relative acidité....
une courte attente, une amabilité grande, quelques plaisanteries paresseuses et un peu de sang en moins, faire les quelques pas jusqu'au premier café, un endroit clair, avec une ébauche de sophistication, un calme silencieux, un bon café et un mini cookie passable... à finir en marchant, parce que l'ambiance calme, moderne etc... même sans trop d'insistance était un peu glaçante
et trouver de grandes flaques bleues, des nuages d'un blanc radieux et de belles petites rafales bien fraîches.
Journée toute douce, venir à bout d'un petit ennui administratif, siester, lire pendant que le vent trompeur tombait et que les sacrés nuages s'en revenaient
et me préparer à m'en aller en fin de journée, avec plaisir, mais sous la pluie, quelques grélons et quelques grondements dans le lointain, prendre la navette vers l'opéra Confluence, pour aller écouter (l'attendais depuis le matin) notre orchestre et le choeur de l'opéra dirigés par Samuel Jean dans la messe en si de Bach... et puis au moment de partir la pluie s'est faite vraiment très drue, les grondements me semblaient plus proches… 
ai ôté manteau, petite veste qui me met en fête, rangé le parapluie, changé de pantalon, suis restée tremblante dans l'antre, en écoutant la version du très cher Philippe Herreweghe et du Collegium Musicum de Grand

alors que n'aurais eu à subir que fort peu longtemps la colère des cieux... moi y en a être petite vieille lâche.

10 commentaires:

casabotha a dit…

Être lâche face aux cieux, ce n'est pas être lâche.

brigitte celerier a dit…

je m'interroge (en tout cas ce n'est pas être révolté)

Claudine a dit…

Messe en si, je me note cela (totalement ignare en musique mais frappée d'étonnement par elle)

tanette2 a dit…

Non pas lâche mais prudente. Je te souhaite un agréable week-end.

brigitte celerier a dit…

merci, à vous deux aussi

Dominique Hasselmann a dit…

Face aux intempéries, un Bach à l'abri et dirigé par Herreweghe était sans doute la meilleure solution... !

brigitte celerier a dit…

il y manquait juste les échanges et le soutien à l'orchestre - mais sans cela c'était beaucoup plus conforme à mon envie

Arlette A a dit…

Rester sur ce qui est bien pour soi ...sans regret suis favorable et même plus peut être un début de "Sagesse"

Godart a dit…

La matrice de l'antre peut être parfois protectrice et douillette.

brigitte celerier a dit…

Arlette, oui… sans remord, mais faut pas trop abuser

Godart, surtout protectrice