vendredi, avril 20, 2018

Avril

un premier charroi
un adieu aux lourds manteaux
sous un ciel tendre
trébucher en souriant
aux jeunes en chemise

et se préparer lentement aux tenues légères, mais flemme, flemme, lassitude un peu, alors y penser... organiser et en rester là... et dans la cour laisser la chaleur cajoler mon visage, et le soleil mettre du rouge sous les paupières fermées, et suivre – en léger différé – les débats à l'assemblée sur l'asile et l'immigration indument rapprochés (en accéléré sur le gros du sujet après avoir laissé droite et extrême droite se vautrer longuement dans l'ignominie sur les trois bons premiers articles concernant l'asile)

8 commentaires:

casabotha a dit…

C'est bon ce renouveau, Carcasse apprécie-t-elle?

brigitte celerier a dit…

cabocharde… je n'ose pas lui demander, en gros ça semble lui aller (sourire)

Claudine a dit…

Laisser rôtir une heure (au soleil) et servir avec des bintjes.
Ici enfermée car la terrasse est sur le chemin des abeilles sauvages qui cherchent un logement, cuisson à l'étouffée.

brigitte celerier a dit…

pauvre…
pas encore obligée ici de fermer les volets pour éviter que rentre chaleur… ai plutôt froid

Arlette A a dit…

Lassitude ..bienfaisante parfois en oubli de soi et des autres

brigitte celerier a dit…

en fait d'oubli des autres m'en vais poster une lettre recommandée pour amorcer lutte pour récupérer Mon argent… payer loyer, me vêtir, essayer d'avoir un peu du festival
un rien désarmée
mais j'ai sorti un manteau de coton.. un premier léger veston, deux tee-shirt de coton et une jupe et un pantalon d'été

jeandler a dit…

En avril, ne te découvre pas d'un fil; en mai, fait ce qui te plaît.
C'est du moins, ici, ce qui prévaut.

brigitte celerier a dit…

une des règles que j'ai acceptées des femmes antérieures (mère, grand mère, tante)