dimanche, avril 29, 2018

Quelques mots et des photos à la volée pour deux jours

une attente longuette devant la gare d'Arles d'une idiote qui avait oublié son téléphone et se faisait du cinéma
un trio déambulant entre nouvelles, discussions et coups d'oeil sur l'entour dans les rues d'Arles
une longue visite à Vincent Van Gogh en belle compagnie chez lui
et après une vision des toits de la ville depuis sa terrasse, une nouvelle déambulation et un déjeuner simple et sympathique
la route où n'étions pas tout à fait seuls
un pot dans un chalet au bord de la Colagne
et un diner agréable dans un petit restaurant au même endroit
un retour dans la nuit qui descendait vers Marvejols
une nuit sans guère de sommeil (peur de ne pas me réveiller à temps)
et un solide petit déjeuner dans notre petit hôtel
des prises de paroles, des retrouvailles, des renseignements, une Brigetoun bataillant avec des machines inconnues d'elle pour servir des cafés infects et s'évadant un moment pour rendre visite au pôle bois encalminé pendant le week-end parce qu'elle ne peut résister au plaisir de cette matière sous quelque forme que ce soit
et puis un déjeuner à Saint Germain du Teil, de la chaleur humaine, des sourires, des êtres touchants ou admirables, ou les deux etc... dont je n'ai pas gardé d'images (pas le temps et privé)
un Avignon au ciel presque bleu en fin d'après-midi.... et une Brigetoun bien persuadée qu'elle a beaucoup de chance.


11 commentaires:

casabotha a dit…

Bravo à Carcasse de donner tant d'angles et de bleuitude (gros sourire satisfait)

Claudine a dit…

Et ceux qui passent par ici aussi

Arlette A a dit…

Quel périple.. .en sympathie

brigitte celerier a dit…

merci à vous

Hue Lanlan a dit…

magnifiques photos qui nous font suivre votre périple :-)

brigitte celerier a dit…

euh… magnifiques ?

Marie-christine Grimard a dit…

Belles photos et retrouvailles touchantes
Bon dimanche à vous

jeandler a dit…

Une brassée, une flopée, une volée de bonne humeur... Merci.

Laura-Solange a dit…

Un passage en Lozère ne peut être que magique!
Bon dimanche

karim a dit…

d'arles à marvejols, vous suivez des itinéraires qui ne respectent pas la loi de fermat (qui énonce, je viens de le vérifier, que la lumière suit toujours une trajectoire qui minimise son parcours - grand mystère, qui m'avait ému (oui) pendant mes brèves études scientifiques - surtout scénarisé par feynman, mais... bref !)
je retrouve, en arles, une impression que j'avais gardée : que la ville est curieusement sombre (par rapport à sa lumineuse voisine, où vous résidez) - mais très belle, aussi !
est-ce moi, ou preniez-vous un plaisir particulier à photographier le(s) vert(s) de la campagne traversée ? ("la nature est belle et touchante / Pan sifflote dans la forêt...")

brigitte celerier a dit…

Karim, décidément Blogger joue avec vos commentaires, et je viens de trouver seulement maintenant votre commentaire (je comprends votre réaction)
Pour la différence de lumière entre Arles et Avignon , la journée n'était pas très lumineuse de toutes façons, et Avignon comme Arles est sombre à cause de l'étroitesse des rues… la différence est qu'en Avignon il y a plus de grandes places pour laisser la lumière prendre son évidence
Quant au plaisir printanier de ces verts tous jeunes et tant désirés, je le crois universel