jeudi, mai 17, 2018

Mardi matin

sous ciel baratté
pierres et fleurs insoumises
tiennent dans le vent
le vent moyen, juste ce qu'il fallait d'entrain pour faire courir les étoffes blanches, claquer les bannes des boutiques et raffermir la petite vieille exténuée par le nettoyage trop rare et énergique des recoins poussiéreux, quand est allée jeter ordures et papiers aux remparts à l'heure où les terrasses se préparaient (nappes accrochées) pour le déjeuner.

Et quand les forces se sont reconstituées, est restée dans l'antre en tentant de se battre avec des mots, comme si elle en était capable...

6 commentaires:

casabotha a dit…

J'aime autant votre dernière phrase que le bleu fort du ciel

Claudine a dit…

Oh que oui elle en est capable ! Et chacune de ses phrases est un petit cadeau pour le passant

brigitte celerier a dit…

Casabotha, Claudine … euh en tout cas est allée au bout de son bidule pour le tiers livre, l'a envoyé et puis est allée voir ce que 18 qui en sont capables avaient envoyé

jeandler a dit…

Les fleurs insoumises
quand refleurira le joli mois de mai...

jeandler a dit…

Je retiens le "ciel baratté". Quel beurre en recoltera-t-on ?

brigitte celerier a dit…

un beurre fortifiant j'espère, Pierre