mercredi, juin 27, 2018

interlude

ne sais pourquoi, tournant dans la rue Joseph Vernet, évitant avec respect, un couple de touristes élégants, faisant face à une belle virtualité, me suis répété, suite d'une conversation avec une voix dans la radio, que le fait de mettre dans la constitution l'écologie comme fraternité et l'égalité ne garantissait peut-être pas que ce, que les gouvernements en ait soucis primordial (pour la liberté elle est encore grosso modo respectée)
M'en allais couffin en main vers les halles, admonestant mes jambes, trouvant le monde beau, à titre divers
Ai rempli couffin et sac de bonnes choses, pas toutes très indiquées pour moi, comme de merveilleux abricots (tant pis ferais une compotte) en posant, comme les poissons, les épices, les fromages et les légumes pour de multiples appareils de photos (pour les olives leurs porteurs étaient trop occupés à se faire servir des petits cornets et se les partager...
et m'en suis revenue, resistant à la tentation de m'attabler à cette terrasse non moins virtuelle que les cercles rencontrés au départ

et j'ai repris ma lutte avec la souris, le tapis...

6 commentaires:

casabotha a dit…

C'est bien de lutter sur le monde qui change

Claudine a dit…

transformer la liberté en écologie, voilà la prochaine étape des restrictions #bureaucratie

brigitte celerier a dit…

transformer le sens des mots, et puis décider que ces mots remplacent la réalité, surtout quand sont prononcés par notre jeune chef

Dominique Hasselmann a dit…

La novlangue (devenue, dans la nouvelle traduction de "1989" un "néo-parler" tout ce qu'il y a dans le vent libéral) est à l'œuvres tous les jours.

Si les "Bretons, c'est la mafia" en France, dixit notre ambassadeur suprême au Vatican, les spécialistes de l'arnaque à envergure budgétaire généralisée sont confortablement assis au pouvoir.

Il nous reste des terrasses virtuelles ici ou là...

Arlette A a dit…

Petites touches de couleurs -bonheurs et la vie va...

brigitte celerier a dit…

merci Arlette (péchait en chemin des idées pour l'atelier d'été)

Dominique j'ai adoré (l'ai découvert sur un statut Facebook les journalistes ne l'ont pas relevé, peut-être n'ont ils pas compris…) face à la lourdeur de notre petit chef, la finesse de l'humour du pape qui lui a offert une médaille de Saint Martin (pas certaine non plus que le nouveau chanoine ait saisi l'allusion au partage du manteau)