samedi, août 11, 2018

Un marché pas trop lourd et rencontrer 1 (atelier d'été du tiers.livre – 29)

Matin hésiter un peu et puis prendre couffin et partir, pour l'amour des pommes de terre de Camargue (bon parce que n'en avais plus qu'une petiote) dans les rues de la ville sous un ciel qui innocemment nous offrait toute sa force
chercher en vain des traces de l'orage, constater rapidement que j'étais bien plus fatiguée que le pensais, mais sans rien d'impossible, et me soutenir par le plaisir de rencontrer en chemin, après les troupeaux des gens de trop d'années, un nombre inhabituel de petites familles, de poussettes et de petites filles aux nez levés et yeux scrutateurs
ramener des halles, qui ont encore leur aspect «vacances» -- notant en passant que merveille les travaux de l'opéra ont commencé (peut-être la fermeture ne sera-t-elle en effet dépassée que d'un an par rapport aux prévisions et le verrai-je rouvrir de mon vivant) une charge de belles et bonnes choses sans trop de poids... d'autant que je suis presque grasse
je dois avoir surtout une fatigue de la volonté – je pense que je devrais fermer mon ordinateur un court moment (disons jusqu'à mardi ou mercredi)
en attendant je recopie la première des mes deux contributions en réponse à la vidéo 29 de François Bon
Il y avait dans l'air ce matin là une petite alacrité, ou était-ce encore les bienfaits de sa profonde absence au monde dans la nuit, il avait retrouvé son pas de l'ancienne ville, mais peu à peu, parce qu'il croisait des marcheurs paisibles, ou songeurs, ou las, parce qu'il était en avance, ses jambes ont retrouvé, insensiblement, le plaisir de l'avance freinée, du pied glissé un peu en dehors, de l'ébauche de danse, et ses yeux leur errance, juste à la limite de l'attention, et c'est ainsi qu'il l'a vu, cette silhouette à la sveltesse jeune, ou encore jeune, dont la netteté, la fermeté, discrètement évocatrice d'une idée d'autorité, juste une ébauche d'autorité qui ne s'affirmait guère parce que persuadée d'être incontestable, s'adoucissait d'une souplesse légère ou de traces d'une possible souplesse et agilité, un peu comme... il a pensé : comme un prince de l'église, porteur de souvenirs guerriers, quelque chose comme un templier, ou un prieur dominicain, habile en controverses, joutes d'idées et de verbe, peut-être à cause de la haute muraille lisse de grandes pierres nobles – reste du temps où la ville s'était constituée de livrées et couvents – sur laquelle cet homme, à l'arrêt, projetait une partie de son ombre, silhouette qui l'a retenu, le temps de déplorer la coupe du petit olivier d'ornement qui aurait pu le dissimuler, une des dernières victimes des aménagements en cours, qui l'a retenu à la recherche d'un souvenir fugitif, de l'idée d'un souvenir, d'une familiarité ancienne qui se refusait à sortir du flou depuis lequel elle lui avait fait signe. De toutes façons, l'autre ne le voyait pas, qui a repris sa marche, qu'il a suivi, qui a été abordé par un gars vaguement inquiétant, sortant de l'arrière boutique du boucher, renvoyé d'un mot jeté, sans que lui, compte tenu de la distance et de la façon dont cet échange avait été marmonné, en coin de lèvres tordues, comprenne un mot de ce qui s'était dit... l'autre, cet homme, cette silhouette qui se précisait un peu – complet de bonne coupe, aux fentes dansant dans le petit vent, un peu usé cependant, seconde peau pour jour ordinaire, et nuque rasée à la mode des quartiers – pendant qu'involontairement il gagnait sur lui, homme-silhouette qui a été interpelé par un ouvrier, le chef d'équipe sans doute, sortant souplement de la tranchée de terre rouge rejoignant la rue des ferronniers, dans laquelle s'engloutissaient, penchés sur leur tâche, ses compagnons. Un échange de questions, une phrase au ton tranchant, et l'homme s'est penché au dessus du trou, a semblé observer mais sans que soit perceptible une trace d'attention précise aux travaux, pendant que l'autre plaidait, plutôt que protestait, à mots rapides, calmes et insistants, assez pour que le regard se reporte vers lui, le regard et l'écoute... une hésitation, une ébauche de réflexion, une question, une décision en trois mots et un sourire, un départ un peu raide, plein de la fierté de s'être affirmé, pendant que le chef d'équipe redescendait avec un petit sourire triomphal dans sa tranchée. Il a salué muettement cet apparent triomphe de la raison. Un passant, croisé, a dit «tiens Moussouni qui inspecte» et il a su que sa première impression furtive était trompeuse, cet homme n'avait aucun rapport avec celui qui émergeait lentement de sa mémoire, ce Cartier qui était si ambitieux et dont personne ne semblait savoir ce qu'il était devenu.


11 commentaires:

casabotha a dit…

Ah, des pommes de terre de Camargue...en purée ?

brigitte celerier a dit…

où écrasées, froides, avec un peu d'huile d'olive

Dominique Hasselmann a dit…

Hommage discret à Joël Robuchon ?

La photo du mannequin démantibulé : image du festival démonté...

brigitte celerier a dit…

je ne sais pas quelles pommes de terre utilisait Rebuchon

pour le mannequin pensais (je venais de sortir) à un homme emporté par le fleuve

bonnes journées à vous

Marie-christine Grimard a dit…

Bon repos chère Brigitte.
Le couffin est un peu trop grand, il me semble ...

brigitte celerier a dit…

nettement trop grand…. sais pas ce qui m'a pris dans la boutique… en fait il,est de bonne taille pour un bébé - j'en suis quitte pour ne pas le remplir

Claudine a dit…

une petite pause pour éternelle petite fille loquace au nez curieux #jesors

brigitte celerier a dit…

je suivais en trébuchant un peu tout à l'heure une petite elfe aux jambes fines qui dansotait devant son père et sa soeur et je souriais aux deux extrémités de la vie

Arlette A a dit…

Tu écris tu vis er quelques vertiges te font croire que cela va finir un jour..accroche ton âme a une étoile dit le poete moi jai si peur

tanette2 a dit…

Après l'inondation... (sûrement cause de la fatigue) il fallait bien penser à faire des emplettes... Ici ps une goutte d'eau mais la température a fraîchi et ce n'est pas un mal...

brigitte celerier a dit…

moi je n'i pas peur Arlette, je suis exténuée (trop d'ailleurs pour avoir peur) alors on reconstruit

Tanette le plus de patates était de toute façon là