mercredi, mars 27, 2019

L'étourdie

matin, bouche collée de soif, ouvrir volets bleus dans le grommellement du mistral et contempler les culs de deux des pots... ceux qui ne sont pas fermement arrimés ou enfouis, trébucher par sympathie
vent dans les pales
les efface en tourbillon
l'image stoppe
et leur rend leurs formes qui n'étaient plus que virtuelles (dommage le brouillard blanc et mouvant me plaisait)
les délicieuses petites feuilles vertes découvrent le plaisir des secousses
et le ciel dur nous en rendu
Noté sur Facebook, en croquant dans un petit toast, le mur ensoleillé par delà la fenêtre couronnant mon ordinateur : partie avec migraine, mal aux jambes, à jeun depuis un peu plus de douze heures, dans mistral au mieux de sa forme froid et bousculant, pour une prise de sang en oubliant ordonnance, me suis décoincée par un fou-rire, offert un gros chocolat chaud, suis rentrée remet courses et charroi nourritures pour moi et la rue Pasteur à demain, la prise de sang à jeudi mañana de mañana ?
Finalement, le principal, aujourd'hui c'est sans doute le passage à midi, d'un jeune homme grimpant vers moi, notre rencontre presqu'au milieu de la volée de marches (plus près du haut en fait, bien plus près) et la remise de trois enveloppes contenant, pour la première, deux livres anciens de Bergounioux, l'un perdu la mort de Brune,
Une décennie durant, le monde a mesuré cent pas et j'ai encore laissé une bonne partie des sept années suivantes entre les murs de l'hôtel Renaissance qui en formait le coeur.
l'autre jamais lu, La bête faramineuse
Nous savions bien qu'elle ne dirait pas non, qu'elle ne pourrait pas nous empêcher de replonger dans l'eau bleutée du soir, à la porte ouverte, où elle avait laissé la grande valise noire et la carton à chapeau pour saluer grand-père, l'ombre indécise dans la pénombre du vestibule.
Dans une enveloppe cartonnée comme celles d'Amazon, tout petit, tout dense, tout élégant comme toujours avec les Editions Allia, et en rapport, puisqu'il y est cité, avec le premier tome de ce qui nous soulève de Georges Didi-Huberman dans lequel j'avance lentement, Pour une critique de la violence de Walter Benjamin
On peut décrire la tâche d'une critique de la violence comme la présentation de son rapport au droit et à la justice.
Et, presqu'enfin, dans une grande enveloppe métallisée et un papier bulle rouge ceinturé de noir, un grand livre plat, traversé d'un petit zodiac ou similaire (enfin un semi-rigide) avec quelques traits pour indiquer l'eau qu'il franchit, portant sur la quatrième page de couverture en grands caractères noirs des miradors et des phares, un long poème, titré (à l'intérieur) Naufrages de Beata Raoul, édité par Abrüpt
«signal : 1»,
«navire : saudade»
«chavire : [
14.883571,
-20.492766»
J'ai dit presque, parce qu'à deux heures un gars baraqué à grimpé toutes les marches en cinq ou six bonds pour me remettre, un peu plus épais mais encore plus petit que le Benjamin, un livre jaune Verdier, Nos cabanes de Marielle Macé
Au milieu de la zone à défendre de Notre-Dame-des-Landes, un lieu-dit porte ce nom, et continue de le porter malgré les destructions et les délogements : La Noue ; et plusieurs autres, un peu plus loin (mais c'est le même mot) : La Grande Nohe, La Petite Noë, La Noë Verte.
Et j'espère que le minuscule défi consistant à citer la première phrase de chacun de ces livres n'est pas pendable.


6 commentaires:

casabotha a dit…

la vie petite-grande passe au plus profond de vous

Brigetoun a dit…

en tout cas le réel joue de tous les trucs infimes pour m'éviter de m'ennuyer (entre dix heures et maintenant une connexion qui faisait du yoyo)

Arlette A a dit…

Essai

Brigetoun a dit…

réussi - peuple un peu mon désert

Dominique Hasselmann a dit…

ZAD, on n'en parle plus....
Maintenant, les initiales en vogue... c'est ADP.
Le Maire, matamore lisse, gère bien les affaires du pays, mais le VRP Macron a l'air de le surpasser question Airbus...

Profitez bien de ce beau ciel ! :-)

Brigetoun a dit…

ils me fatiguent… qu'ils vendent et détruisent tranquillement sans faire de grands discours moralisateurs et mensongers