mercredi, août 21, 2019

Fin de jour brumeuse au bord du fleuve

lundi presqu'en début de soirée, vers six heures trente, canne en main avec la décision que me voulais, partir au long du fleuve (et aujourd'hui avoir moins que jamais envie de m'extirper des mots.
remonter vers l'amont (avec des regards en arrière pour juger des différences de lumière)
croiser les touristes encore assez nombreux (pendant que les voitures se pressent les unes à la suite des autres entre rempart et fleuve), trois ou quatre petits groupes de pêcheurs, un rêveur et son chien
continuer après la longue courbe du fleuve s'éloignant des remparts qui se replient vers l'intérieur, jambes instables – même la troisième – sur un sentier inégal, suivant la pente presqu'invisible sous les arbres
et puis revenir en tentant de persuader jambes de se décrisper et souriant à la beauté du fleuve, aux variations du ciel
Ce mardi regarder trois gouttes de pluie, partir sous un ciel nuageux qui retient son eau et se crève parfois en bleu, dans un froid presqu'automnal (vingt deux degrés, je crois) et quelques petites rafales presque glacées vers les halles et m'arrêtant au passage dans la boutique aux trésors ménagers parce que j'y avais vu des sacs rouges, assez laids, plus petits et plus chers que la plupart des sacs à roulettes mais qui ont l'avantage de ne pas avoir de lourde et encombrante armature et de se replier après usage... Tombait bien parce qu'un gros coup de pompe entre les rares étals ouverts... un peu de mal à comprendre comment obtenir un fonctionnement correct des roues, ramener finalement pas davantage de choses que d'ordinaire, en fait un peu moins parce que uniquement nécessaire mais avec beaucoup moins d'effort... et monter le contenu en deux fois avant de replier l'objet (bonne solution finalement).
Repasser. Résolument ne pas regarder pour le moment la nouvelle vidéo de François Bon pour son atelier d'été.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Images de touriste en balade ..l'eau est toujours un point d'attraction joli ton sac à roulettes

Brigetoun a dit…

pas très grand (limite le contenu) et pas très facile à manier mais moins crevant que couffin et pas impossible à hisser jusqu'à l'antre

Dominique Hasselmann a dit…

Vous voilà en petit chaperon rouge... heureusement certains grands méchants du théâtre sont repartis dans leurs forêts urbaines !

On oublie trop souvent qu'Avignon vit les pieds dans l'eau, merci de le rappeler. :-)

PHILGIDO a dit…

faire de mémoire le chemin avec vous... et regretter de ne pas vous avoir rencontré lorsque j'étais voisin d'Avignon. Ce que je me dis plus souvent encore désormais !

Brigetoun a dit…

Plus rarement maintenant (les inondations dans les rues remontent à pour la dernière une cinquantaine d'année, mais il lui arrivait d'avoir réellement les pieds dans le fleuve (d'où le nom de ma rue Limas = Limon)

Brigetoun a dit…

Peut-être une chance Philippe, ne vous ai pas noyée de mots comme toute timide puissance dix qui se respecte