mardi, octobre 08, 2019

Journée Rosmerta


un vent décornant
ce qu'il pouvait rencontrer
et un ciel bleu dur
petite vieille bousculée
vent frais et îlots tendres
Youssouf et moi dans petite salle révision grammaire cinquième avec brio ou presque (et chacun tour à tour corrigé par l'autre) pendant un peu moins de deux heures et puis, au moment où cherchions comment débuter « notre livre », arrivée d'une bénévole (sommes en sympathie, allons sent doute être en commun son référent... quant à lui il semble que ce devrait être, dès que place attribuée, une troisième classique... savais bien qu'il se minimisait) pour répéter sa prise de parole.. trébuche par timidité, retouche de lui-même avec justesse le texte...
Je pars en recherche d'un peu de nourriture (pas de temps de rentrer)... une brasserie claire, simple, agréable place Pie, un tiers d'une assiette de ravioles parce que gorge serrée ou fatigue énervée (effet du mistral)
et trajet presque flâneur dans le calme de la rue des teinturiers avant de retrouver le souffle le long des remparts, personne encore de Rosmerta mais devant le Tribunal un groupe important venu soutenir un gilet jaune blessé légèrement dimanche, je crois, et bien entendu poursuivi... Fraternité avec les premiers des nôtres qui arrivaient.
Et notre regroupement sur l'autre trottoir, prises de parole de Youssouf dernier hébergé parmi les jeunes (les trois arrivés depuis deux jours ont dû être renvoyés faute de place) et Elena la bonne-cuisinière-mère-de-famille-russe au nom des familles...
De notre petite délégation de dix les policiers ne laissent rentrer que quatre, retraversons... pour trois petites heures dans la douceur revenue avec musique, discussion (je plaide longuement pour tenter de finir de décider un garçon qui assure déjà des soutiens scolaires de donner un peu de son temps) de jeux avec les enfants - dont un futur technicien toutes catégories qui tente d'accaparer appareils photos (j'ai supprimé ces trois prises plus barriques encore que mes pires) mais aussi flûte, micros, la caméra étant trop haute pour lui, vélos etc... - plaisanteries, recettes, et calme serein des bébés
et compte rendu rapide des émissaires : délibéré, décision le 28 octobre sans que l'on puisse deviner ce qu'elle sera mais : vraisemblablement trop tard pour qu'une expulsion intervienne avant la période hivernale et dans ce cas, le pire, où la décision serait expulsion elle sera assortie d'un délai qui peut aller de zéro jour à trois mois... Au minimum la collectivité a un délai
et la fatigue me retombant dessus m'en suis revenue échevelée (rendez-vous demain matin)
Désolée, ceci est mon petit journal, et l'écrire me permet de faire le point, mon vieux crâne en a besoin (sourire un rien de travers).

6 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Vous participez ainsi à la fin de l'omerta pour Rosmerta... :-)

Brigetoun a dit…

oh il n'y a pas d'omerta pour Rosmerta mais au contraire essai d'impliquer la presse chaque fois - ça marche assez bien avec France 3)

Claudine a dit…

... et nous d'apprécier la Phrase ...
(doigts croisés pour Rosmerta)

Godart a dit…

Mistral gagnant, un parcours familier, mythique pour les avignonnais, place Pie, rue des Teinturiers..... que du beau. Et puis cette entraide, signe de fraternité.

Brigetoun a dit…

Claudine si pas expulsion il faudra arriver à donner assez confiance au sujet de la "durabilité" pour être aidés pour l'acquisition… resteront les travaux

Brigetoun a dit…

bon mais à part le procès en appel contre Chantal R, nous devrions en avoir fini pour un moment avec le but final de ce trajet (sourire)