lundi, mars 23, 2020

journal du C puissance 3 - 7 - depuis l'antre

du printemps l'envie
redonne un goût de vie
aux vieilles plantes
oublient leur déchéance
quand murmure leur sève
murmure l'ébauche d'une idée de texte dans mon vieux crâne où tournoient pensées trop insistantes mais fugaces.
Au moment où le soleil, à midi, commençait à embrasser le haut de mon mur les cloches ont fait chanter le silence.
Dans le 3ème carnet du Journal de Kafka, traduit pas Laurent Margantin http://oeuvresouvertes.net/spip.php?article4179 au 16 novembre 1911 (un peu avant la fin)
d'un vieux carnet de notes : «Ce soir, après avoir étudié depuis 6 heures du matin, j'ai remarqué comment ma main gauche depuis déjà un moment tenait enserrés les doigts de ma main droite par pitié.»

14 commentaires:

tanette2 a dit…

J'aime : les cloches ont fait chanter le silence".
Bon courage et bonne journée à toi.

Brigetoun a dit…

même chose pour vous deux

Dominique Hasselmann a dit…

Chaque appartement français, dans "l'après" chanté par notre Chef, un petit jardin sera obligatoire : potager, il permettra ainsi de survivre (à la vegan) en temps de crise sanitaire, mais on pourra, si on dispose de suffisamment de place - sur un balcon, par exemple - y ajouter un poulailler (pour les non-végétariens à tous crins)...

Bon confinement ! :-)

Brigetoun a dit…

à vous aussi - et continuez de nous soigner par l'ironie, c'est salubre

Arlette A a dit…

Se donner soit même la main pour s'encourager..j'aime beaucoup

Brigetoun a dit…

Arlette, le hasard qui m'a donné ce sourire hier

Claudine a dit…

la petite cour me fait penser à un Van Gogh <3

jeandler a dit…

Pour maintenir le moral, préférer l'humour à l'ironie.

Brigetoun a dit…

Claudine, la force bienveillante de votre imagination (sourire)

Brigetoun a dit…

Pierre, l'ironie peut venir en appoint et aider l'humour à refaire surface

Aunrys a dit…

J'emprunte à Tanette2
ce qui est si joliment dit
"J'aime : les cloches ont fait chanter le silence".
D'autant que
du toit de ma maison
je passe facilement
au toit de mon unique voisin
qui sonne
à pleine volée
de ses deux cloches
- elles sont anciennes, et savent le plain chant -
(donc pas un carillon (sourire)²)
trois fois par jour
(de quoi faire hurler encore
Bess - Braque de 30 ans - malgré son trépas.
trois fois par jour.

Merci pour cette présence douce
et ses couleurs.

Brigetoun a dit…

Aunryz, ça fait rêver (mais le fait qu'à Avignon (souvenir de son passé ?) on les entend au moins le dimanche les cloches et éventuellement quand on passe par là au bon moment on les voit se balancer.
Sont elles mues par des bras ou l'électricité, ça je ne sais pas

mémoire du silence a dit…

J'aime les vieux murs, les parois fissurées, rapiécées et toute la vie qui s'y accroche pour s'épanouir... c'est très doux et bien beau... j'aime...

Brigetoun a dit…

un goût partagé