mercredi, avril 01, 2020

Journal du C force 3 – 16 – dans nos rues

marchant dans l'air frais
de rares déconfinés
sous ciel marqueté
et une grande envie de tout abandonner – sourire de traviole - silence

10 commentaires:

Arlette A a dit…

Ouiiiii et non n'abandonne pas. Tu sais si bien parler avec des brindilles

Brigetoun a dit…

merci Arlette mais là les derniers liens se rompent...
me confiner un peu davantage

jeandler a dit…

La parole est reine, le silence le roi.

Brigetoun a dit…

Pierre mais ton passage me fait du bien

Dominique Hasselmann a dit…

Les arbres n'ont pas réussi à se confiner (on a donc interdit leur fréquentation dans les bois de Boulogne et Vincennes, adieu l'air pur !)...

Restez chez vous et regardez la nature virtuellement !
Bon courage !

Claudine a dit…

Mais où donc, alors que je n'ai pas mis un pied dehors depuis 16 jours, irais-je voir le ciel et les arbres et les pierres ?

Godart a dit…

Amusant car le terme traviole est aussi et surtout un mot employé par les artisans et les travailleurs manuels. Et en quelque sorte, vous donnez de la dignité à leurs gestes, car qu'en cela commence à partir de traviole, on rattrape et on finit l'œuvre ou l'ouvrage engagés.

Brigetoun a dit…

Dominique, un passage à vide, les liens virtuels avec amis avignonnais confinés s'effacent... et par les liens virtuels que j'ai réveillé avec famille une mauvaise nouvelle d'amis chers même si un peu perdus de vue
D'humeur à se planquer parce que pas la peine d'en rajouter

ˉˉˉ│∩│ˉˉˉ a dit…

Je crois que les acceptions du verbe déconfiner vont devenir un peu plus nombreuses... ! ^_^

Brigetoun a dit…

Michel, oui le nucléaire perd sa spécificité