samedi, juin 27, 2020

Je solde juin

sur une journée d'auto-dénigrement ou lucidité, un peu, de morosité un peu davantage, également de sourires doux ou méchants... si ce n'est le gommage de l'ensemble devant la lumière sur mon chemin à l'aller
pendant les deux heures et quelques Amadou/Mamadou avec interventions du petit Mamadou roulant sur les fermes et potelées formes qui lui servent de jambes pour nous offrir par petits bouts la terre et les brindilles de la cour...
fatigue bienvenue ce soir, mais je préfère l'écart jusqu'au 1er juillet en principe

4 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

... mais à quel pourcentage ?... :-)

Brigetoun a dit…

à quasiment 100%

Claudine a dit…

Brindille de bonheur
vive Mamadou
silence propice
juillet viendra en douce

Brigetoun a dit…

Ce n'est pas bien parce que Mamadou a deux petites amies de sa taille à peine un peu plus vieilles, mais sont plus ostensiblement roubardes et enjoleuses et puis les connais moins (comme les deux nourrissons actuels - il y a eu du mouvement pendant le confinement) mais celui qui me fait craquer c'est lui ... une boule décidée