mercredi, juillet 29, 2020

Temps variant vers le bleu et fatigue ascendante

A l'heure du miel, ce début frémissant du jour où je pousse les volets bleus avant de les entrebâiller contre la chaleur, une invasion de blanche bonhommie.

Ai vaqué, repassé, et j'étais presque aussi en vapeur que le fer...


et m'en suis allée un peu après deux heures sous un ciel qui superposait des couches de gris presque indiscernables, me chargeant sur les dernières centaines de mètres de six kilos de riz et de bouillon cube, pour plaisanter un peu avec ceux qui revenaient chargés des Restos du Coeur et entreprendre un peu moins de trois heures de travail un peu retardé par les arrivées successives et les tentatives de groupes de niveau... plutôt facilement finalement, avec petites victoires – pas eu beaucoup de temps malheureusement pour deux garçons venant des hôtels où sont logés par l'ASE... juste essayer de corriger rapidement (et je me serais bien attardée) sur des interprétations de textes et constructions de phrases... Rendez vous pris avec trois des plus faibles demain matin. 

Et pour saluer nos efforts, en relevant la tête pendant que chacun récupérait son bien, prendre le bleu dans les yeux et les feuilles se laissant pénétrer par la lumière.

Dans la tranquillité de la rue du Pont Touca, il y avait de la musique qui passait par dessus un mur, une jeune femme qui souriait aux anges sur son vélo, une petite vieille qui s'amusait à faire danser sa jupe et une bignone survivante.

Ai salué une plante clandestine émergeant du goudron et suis rentrée à travers la petite foule (amorce de foule à vrai dire mais c'est un mieux) d'Avignonnais en vacances et de petits groupes de touristes qui ne mangeaient pas tous des glaces.

Douche, éplucher une patate, allumer stupidement un cigare et m'effondrer en écoutant d'une oreille extrêmement distraite l'assemblée.

10 commentaires:

Marie-Christine grimard a dit…

Belle journée remplie d’échanges et de partages, et une saine fatigue.

lanlanhue a dit…

quelle énergie brigitte ! merci de ces mots et images

Brigetoun a dit…

merci amies de me donner du peps.. parce que là avant la douche suis une loque vaguement migraineuse et que j'ai des complexes pour un que ne peux assez aider (il vient d'un hôtel de la ville voisine pour cela.. trouver un moyen, éveiller goût de la lecture solitaire pour cela ?) enfin MERCI et bonne journée à vous - vais go

Claudine a dit…

Saine dépense d'énergie pour ces petits jeunes <3 <3 <3

Denis Couet a dit…

Pourquoi "survivante", la bignone ? C'est la pleine saison, non ? Chez moi à Rennes, celle de la façade explose, et ce sans soins particuliers.

Brigetoun a dit…

Claudine, et dopée par eux je m'effondre en arrêtant

Denis, vous avez raison... mais suis trompée chaque année par une devant laquelle je passe au bout de la rueSaint Charles et qui doit être d'une autre espèce (a fleuri de début à mi-juin, à contre temps)

Denis Couet a dit…

Une bignone… paumée, probablement !

Brigetoun a dit…

trop pressée... par contre ce soir en ai rencontrée une en boutons

Denis Couet a dit…

!! Ces bignones n'en font vraiment qu'à leur tête.

Brigetoun a dit…

je crois que c'est celle de ce soir qi était le plus selon le calendrier