mercredi, septembre 23, 2020

le ciel était finalement avec nous


Très fort orage vers six heures – Météo France confirme, indique qu'il s'arrêtera à neuf heures et sera suivi de pluie jusqu'à midi, ce qui fut vrai, et d'orages tout l'après-midi et en début de soirée... Brigetoun recroquevillée sous draps et se demandant comment se sortir de cette journée (accueil de deux branches d'une marche pour la régularisation des sans papiers, par Rosmerta, deux regroupements, un petit cortège et un dîner à la Barthelasse où ils camperont...)


Comme en effet ce n'était plus qu'idée de pluie m'en suis allée exécuter le début du programme : assistante sociale du collège proche pour tenter d'obtenir une gratuité ou une participation aux frais de cantine de trois garçons... sans grand succès, la direction ayant changé et fonctionnant avec une prise de décision au sommet, après aimable échange avec une femme fatiguée et pessimiste, ai attendu sous quelques goûtes à la porte du secrétariat, ai attendu ensuite entre des plantes et photos pendant qu'une concertation se déroulait pour obtenir la promesse d'un rendez-vous futur... vais être tenace en fait une question de fierté (vis à vis des autres)


et puis suis partie en début d'après-midi puisque Météo France semblait s'être trompée (portant les cent masques qui n'ont finalement pas trouvé preneurs pour les marcheurs mais serviront) avec l'idée de faire travailler garçons non scolarisés avant une première manif à seize heures... en fait ai joué les mouches du coche, mon élève potentiel refusant de travailler, et puis pendant que les marmites et des bonbonnes de gaz partaient à la Barthelasse, ai été noyée dans un tsunami de tambours (les marcheurs de Montpellier arrivaient)... 


au bout d'un moment, comme ne pouvais rien pour eux, me suis installée dans la cour principale avec un carnet pour trois/quart d'heures d'une tentative de texte pour le tiers livre (pas certaine de garder, on verra) avant, au milieu de l'animation qui s'intensifiait, de potasser conjugaisons et multiplications avant un Mamady que l'ASE laisse actuellement sans scolarisation dans un hôtel (et qui à vrai dire possède très passablement ces exercices)




départ en queue du cortège informel vers la gare pour les retrouvailles avec la branche qui venait de Marseille, du tambour, des prises de parole, mon sourire masquant l'admiration et le très très faible espoir en une très partielle réussite de leur action (euphémisme)

Ai accompagné la manifestation (pas très importante) jusqu'à Carrefour, les ai quittés pour acheter yaourts et nouilles japonaises (pas envie d'effort) et suis rentrée sous une petite bruine, en espérant que le pique-nique et la nuit se passe bien... Ai refusé les demandes de cours demain, et vous prie d'excuser ce compte-rendu qui ne concerne guère que moi.

5 commentaires:

Nadamasse a dit…

J'ai vraiment l'impression de vous avoir vue sur la toute fin de votre trajet de retour.

Brigetoun a dit…

Seriez donc de cette ville ? si m'avez vue c'est avec sac decourses alors

Nadamasse a dit…

Non, et j'en suis très loin actuellement, c'était une vision par la pensée.

Brigetoun a dit…

je m'étonnais aussi !

Brigetoun a dit…

ben les rosmertiens suis pas à votre hauteur