jeudi, septembre 17, 2020

Ombres, rousseurs, et autres choses

 les mots sont trop délicats, fragiles, ne prendrai pas le risque de les malmener (ou plus exactement mon esprit paresse)




sur mon chemin matin, pour régler ou ne pas régler quelques uns de mes menus problèmes, il y avait de jolies ombres ;


les premières rousseurs se multiplient ;


la lanterne est libérée mais Molière ne s'inquiète pas, il garde sa capsule protectrice ;



et les fauteuils des terrasses, installées ou en attente sont aussi enveloppants, si ce n'est aussi beaux, que leurs frères attendant à la porte de l'antiquaire.


8 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

L'automne sera roux - comme Vivaldi - et la musique des arbres nous jouera son concerto en "mineurs non accompagnés"... :-)

Brigetoun a dit…

pour le moment les feuilles au sol ne sont que des pizzicati.. mais nous attend l'avalanche

jeandler a dit…

Superbes sièges de terrasse pour le concert...

arlette a dit…

En final triomphal

Brigetoun a dit…

Pierre, confortables surtout je pense (et aux formes proches)

Brigetoun a dit…

Arlette, espérons

Claudine a dit…

l'automne existe-t-il en mots?

Brigetoun a dit…

Claudine il y a déjà le mot : automne (sourire) et on peux ajouter ; roux, frais, raccourcissement, vendange (ça de moins en moins à cause du réchauffement) et des choses agréables (moi j'aime pas)