dimanche, mars 28, 2021

Vies d'un passé inventé

Dans un air quasi tendre et sous un ciel bleu franc, m'en suis allée matin, yeux éblouis et panier rond à bout de bras, vers les halles – tant pis pour la rigueur financière –


pour refaire ma provision de morue, échanger des sourires, ajouter quelques asperges et carottes de couleurs non classiques, un chèvre, deux chayottes et un petit bar..


boire un café dans l'espace fleuriste déserté, et revenir vers l'antre,


stoppée au coin de la place de l'horloge, pendant que le vent se levait, par un très long cortège d'étranges personnes munies de pancartes – ai pu constater, grâce à l'une qu'il s'agissait, entre autres – puisque s'y mêlaient quelques troupiers du grand siècle et un bagpipe player accompagnant les sonneurs et autres musiciens –, d'une association culturelle médiévale sise à Montpellier (intervenant aussi à Carcassonne, Avignon, autres villes ou villages en quête d'animations nostalgiques, un peu et joyeusement,  espérons le) https://cdsmtp.wixsite.com/compagnonsdesimon/en-savoir-plus réduite semble-t-il au chômage (tout le monde ne peut avoir les privilèges du Puy du Fou et des quelques autres sons et lumières maintenus l'été dernier)



Pour le reste du jour, ai cuisiné, digéré, lu, envisagé, sans aller plus loin que des pistes molles, de répondre à la dernière proposition de l'atelier Baudelaire de François Bon, écouté/regardé avec retard la vidéo des Echappées #2, la journée d'échanges organisée par Pierre Ménard https://youtu.be/S9dnAAVbeOM et ce que trouvais : l'homme armé de Josquin des Prés, des airs de Guillaume de Machaut, de Thibaut de Champagne, d'anonymes... et me suis répété « aboulie », ce qui était trop cruel, pas tout à fait juste, et totalement inopérant.

8 commentaires:

Arlette A a dit…

Ce défilé coloré un presque retour et" aboulie" si grave est le mot ..me fait pourtant sourire il ne fait pas sérieux comme boule qui roule Désolée

Brigetoun a dit…

Arlette, moi aussi, c'est pour cela que je l'emploie de préférence à àquoiboniste... mais un peu l'impression que vraiment paum"e ça n'en vaut plus la peine

Arlette A a dit…

Oh là ce n'est vraiment pas sérieux

Brigetoun a dit…

je ne suis jamais sérieuse

Dominique Hasselmann a dit…

Carnaval, théâtre de rue - puisqu'il faut vivre en extérieur avec Darmanin toujours à l'Intérieur - tout va bien, plus les poissons au rendez-vous... sur les pavés, la marée ! :-)

Brigetoun a dit…

Dpmnique je crois que ces gens auraient bien aimé être engagés pas des villes pour animer leurs rues...

Claudine a dit…

"aboulie" avec une touche poétique cela devient _aporie_

Brigetoun a dit…

j'aime bien aboulie parce que c'était la maladie des moines cloîtrés et nez dans leurs copies et qu'en gros c'est une vie qui me tentait