vendredi, décembre 27, 2013

Météo


intérieure – état végétatif, avec toute la modération hivernale – mon crâne est en vacances
N'ont fonctionné, un peu, que mes nerfs – agacement en constatant que Picasa, fermé normalement, refusait avec entêtement de se rouvrir après un arrêt de l'appareil, que cela a persisté après que l'ai désinstallé et réinstallé, et s'est étendu à un logiciel téléchargé en remplacement.
Je ne peux plus traiter, classer et monter mes photos, la seule solution semblant être de faire appel à centre de dépannage apple ce qui devra attendre...
Météorologie extérieure : sortir, sentir un semblant d'aigreur fraîche dans l'air, un souvenir presque éteint du vent, mais réjouir mes yeux dans le bleu revenu,

dans la lumière qui faisait étinceler le bois des vieilles persiennes, qui caressait les pierres,

re-dessinait les façades, affirmait les reliefs, posait des ombres.

Marcher en savourant ce plaisir revenu, dans le désir d'en profiter, en voyant le voile qui s'installait dans certains coins du ciel,

les nuages qui volaient au fil du reste de vent.
Et, comme hier, à mes moments de conscience, j'ai fait un bout de chemin avec Xénophon et les grecs (dans l'anabase)

8 commentaires:

Pierre R Chantelois a dit…

Une belle et douce lumière semble envelopper tout Avignon. Soupir.

Francis Royo a dit…

"anabase" est un mot qui pour moi fleure bon le banc d'école et mes quinze ans.

arlettart a dit…

Comme les philosophes et les poètes
ton esprit et ta lecture semblent s'épanouir en marchant le nez au vent, ou dans les nuages

jeandler a dit…

Le dieu météo ou plutôt la déesse. Fantasque !

mémoire du silence a dit…

Le bleu si bleu
tranquillité de l'âme

cjeanney a dit…

Même sans picasa, la lumière et les photos sont belles (et le cerveau, peut-être "végétatif", mais good lord, l'est plus brillant et incisif que tant d'autres en plein action :-)))

Gérard Méry a dit…

tu fais la pluie et le beau temps

brigitte celerier a dit…

si ça pouvait être vrai..
et puis non - trop de responsabilité, et je ne pourrais pas rouspéter