vendredi, janvier 09, 2015

Parce qu'il y a nos vies

parce que, colorées par le massacre, nos heures, nos jours suivent leurs cours
Ce fut mercredi, dans la lumière du matin
le départ vers la gare puisque m'en vais faire un saut à Toulon
pour pleurer la jeune amie de ma mère, une fausse tante, une qui fut une énergique rousse tendrement admirée
pour fêter une jeune blonde aimée
pour voir et embrasser les toulonnais, les trévisans (on dit comme ça?), les brivistes, une autre provençale, pour saluer dévotieusement les pitchouns..
et en chemin trouver une idée de petit cadeau (mais foin de ce que proposaient ces vitrines ! quoique la dernière.. mais ne pouvais pas) et honte, puisque nous sommes en période de solde, ce fut me faire un cadeau en même temps
en chemin aussi, assister à un colloque avec Mistral
et au départ des baraques devenues planches
rentrer l'âme souriant doucement, pensant à ces jours.. et tomber dans l'horreur…
Ce fut jeudi matin, délaisser le fil des émotions qui s'exprimaient, pour partir dans la lumière froide et les rues désertes (peut-être surtout à cause de l'heure)
vers les halles, carrément vides, parce que l'ambiance était lunaire, et parce que, les fêtes passées, un bon nombre d'étals font relâche, pour refaire provision de légumes, de bintjes, acheter un pageot pour le soir et de la charcuterie corse pour ma valise
et revenir dans la lumière, en longeant quelques étals de brocanteurs sans chaland
traverser la place de l'horloge devenue pour un temps grand désert hivernal
suivre, en intervenant peu, ce qui se disait, lire, écouter, frémir aux fausses notes ou à ce qui s'en approchait, préparer ma valise
J'ai un billet de train pour revenir dimanche dans la matinée et aller en fin d'après midi écouter le Stile antico dans des musiques pour la maison de Habsbourg
prendrai peut être une voiture samedi soir.. pour rejoindre le MRAP et les autres en début d'après midi.


9 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Partir un temps, fuir ce monde inhumain, puis revenir...

brigitte celerier a dit…

même si euh.. Toulon est dans ce monde

brigitte celerier a dit…

mais dans Toulon y a des gens aimés

jeandler a dit…

Quand les poissons battent de l'aile, les jours enfouis,
un trouble en la mémoire.

arlettart a dit…

Emoi aussi à Toulon sur la place de la Liberté la bien nommée
Douce visite à tes" Chers"

brigitte celerier a dit…

Arlette, je viens dans tes murs
mais pour un jour et demi bourré jusqu'à la gueule de visages et d'émotions

annajouy a dit…

j'aime que Vie se poursuive . cela ne veut nullement dire ou supposer aucune émotion... nous le savons

mémoire du silence a dit…

La vie est là et bien là et c'est bien cela qui nous fait Résistants

Gérard a dit…

Évasion après 3 jours de cauchemar . Suis du grand rassemblement tourangeau demain.