jeudi, juin 23, 2016

persévérer en mineur

sous notre ciel qui a retrouvé sa puissance
dans le début de la vraie chaleur
celle dont j'aimais qu'elle n'affecte pas, dans ma jeunesse de brindille, ma résistance
celle avec laquelle je dois un peu pactiser avec dépit
m'en suis allée ce matin vers un petit épicier, comme on disait en mon enfance, eux qui vendait parfois des épices, mais pas forcément
sauf un peu de poivre dans un petit flacon poussiéreux..
et comme l'est près de Saint Didier
ai retrouvé la place, et cet enclos autour de l'arbre
enclos banal, presque négligeable, s'il n'obligeait pas à faire un grand détour
aussi grand qu'il l'est dans sa splendeur l'arbre
enclos banal si je ne frémissais à cette mise à l'écart de nos pas familiers
à ce qu'elle signifie sans doute
puisque, pour leur bonne santé, on les tue les arbres ces temps ci
et puis revenant
petite chose aux hanches aigües, au dos rond, tremblante sur des échasses de faible hauteur
ai renoncé à passer demain au point Off pour acheter les douze billets pour des spectacles que, en calculant temps et distances, je suis arrivée à caser dans mon planning de juillet, parce que les sept heures d'ambulation hier m'ont convaincue que sur les soixante quatorze ans qui me guettent, tout près, il y en a une, une seule, voudrais le croire, en trop... et que soutenir le spectacle vivant à ma petite échelle sans en tirer un moment de plaisir ou au moins une expérience c'est presque insultant
alors, comme je sais que tenterai d'y ajouter, vaille que vaille, le temps de quelques mots sur paumée (sans doute pas de lire par contre, autre chose que la plaquette enfouie dans mon sac pour les files d'attente)
pour ne pas totalement me désarmer, décide, en cette fin de journée, de persister, comme les petites fleurs venues au bas des murs.

9 commentaires:

Dominique Hasselmann a dit…

Ici, en Vendée, les roses trémières persistent un peu partout, et surtout en hauteur...

brigitte celerier a dit…

tiens un défaut d'Avignon auquel je n'avais pas pensé
n'y ai jamais vu de rose trémière et j'au toujours aimé ces fleurs pour leur air un peu idiot (fraternelles)

Hue Lanlan a dit…

bons spectacles à vous !

jeandler a dit…

Je tente de les acclimater en mon enclos, les roses trémières, mais toujours se refusent... Peut-être préfèrent-elles les bords de mer... mais la Mer est encore loin, d'Avignon comme d'Orléans. Un billet périmé.

brigitte celerier a dit…

où elles n'aiment que la Vendée - il y en avait dans le jardin de Cholet qui n'est pas près de la mer

chri a dit…

Suffirait-il d'en semer?

brigitte celerier a dit…

semer ça dépasse mes ambitions et surtout compte tenu de la cour elles s'élèveraient si haut que ne pourraient supporter leur tête

Godart a dit…

Mais vous semez, votre blog en est l'illustration.

Arlette A a dit…

Dans le jardin de la Drôme elles masquées le tas de compost et je croyais quelles ne poussaient que sur des détritus....tu vois goûter je suis