mardi, juin 05, 2018

météo intérieure et sur la ville

nuages joueurs ou pesants, plages de soleil ou ondée, une lutte sourde se déroulait lentement dans le ciel.
Brigetoun en proie à une crainte à repousser, ou accepter et amadouer pour préparer décisions à prendre (et sans désir de retrouver cela), et à une petite lutte entre un désir égoïste de suivre sa pente et le devoir qu'elle devrait s'imposer, pour l'élégance muette, de renoncer à quelques spectacles pour accompagner des aimés et une masse dédaigneuse... fait silence jusqu'à dimanche sans doute.

12 commentaires:

casabotha a dit…

Le ciel veille Carcasse même au travers des nuages [alors longue vie au ciel attentionné]

brigitte celerier a dit…

il était d'un bleu sombre très pur au dessus de mon chemin à dix heures du soir en sortant d'une réunion

Grimard Marie Christine a dit…

Bonne semaine à vous chère Brigitte quelle que soit votre décision.

brigitte celerier a dit…

préparation à demain : rude journée, avec en plus des kilomètres à faire en piteuse forme (on y arrivera)

Arlette A a dit…

Pas facile...le ciel tinspirera

brigitte celerier a dit…

tout dépend de la journée de demain… devrais avoir l'habitude pourtant (mais là il y a la joie du trajet vers la clinique à Sorgues… bon vais fermer)

jeandler a dit…

Aidons-nous et le ciel nous sourira.

Dominique Hasselmann a dit…

Une appli "météo intérieure" (sur smartphone) pourrait aider à prendre certaines décisions. Mais laissons encore une part de choix aux utilisateurs... si pas d'orage, voyage ?

brigitte celerier a dit…

non là demain voyage vers une petite vile du coin et sa clinique

cjeanney a dit…

bon courage pour demain Brigitte, et pour tout ce qui est à l'approche (décisions, impératifs, le dictatorial de la vie :-(

brigitte celerier a dit…

merci, à vous tous aussi (sourire)

mémoire du silence a dit…

On vient, on passe, on s'arrête,
on lit, on regarde, on repart,
on vous attend ...

"Une rose seule, c'est toutes les roses
et celle-ci : l'irremplaçable,
le parfait, le souple vocable
encadré par le texte des choses.

Comment jamais dire sans elle
ce que furent nos espérances,
et les tendres intermittences
dans la partance continuelle."

Rainer Maria Rilke / Vergers / Les Roses / Poésie Gallimard ... p.130