samedi, juillet 14, 2018

Avignon – jour 8 – des sujets à vif pleins de rire, pas de Calvet mais suis dans un joli chiffre

Comme tout 13 juillet, début en piètre humeur, à fleur de je ne sais quoi (et pourtant me plaît bien de rentrer dan ma 77ème année, je trouve que c'est un joli chiffre. 
Remède pour sortir de cette mauvaise humeur rituelle, me déconnecter, et fuir téléphone en prenant couffin et en allant renouveler provisions, et au passage remplacer la morue par un rouget de bel aspect et belle provenance
dans la ville qui, c'est vrai, n'est pas si pleine cette année – m'en réjouis parce que j'évite les petites paniques, c'est dommage pour les finances de mes concitoyens – pas si folle non plus mais ça c'est l'effet secondaire des terroristes même si cette année nos ne voyons pas de pauvres gars en kaki s'ennuyer à errer en groupes avec lourdes armes...
journée tout doux, plaisir d'un soutien amical, soleil dans la cour, bon déjeuner (vais reprendre le kilo enfin perdu) 

et départ vers dix sept heures dix en marchant tout doux (plaisir de retrouver un guitariste que j'aime bien) vers le jardin de la Vierge,.. seulement, dans l'air qui pesait son poids, avec les sollicitations et les groupes dans les jambes - plus cette année les vélos qui ne savent pas qu'ici ils ont le rôle gênant des autos et doivent se conformer au pas des marcheurs – suis revenue sur ma réflexion du matin : si, il y a du monde, lequel monde devient de plus en plus aimable, souriant, drôle en s'éloignant de la rue de la République et de la place de l'horloge.
Et au jardin de la Vierge m'attendaient deux séries d'éclats de rire de qualité (surtout le premier) que je serais incapable de rendre, alors juste photos et petit résumé figurant sur le programme, mais soyez heureux pour nous, nous l'étions...
tout d'abord : 4 (oui c'est le titre) de Nathalie Maufroy, scénographe (et bras et jambes traversant une cloison de bois), Claudio Stellato homme à tête d'âne plantant des clous avec énergie et rythme, seul, au début et Mathieu Delangle homme sous flocons de bois – le tout faisant un savoureux cocktail (sans un mot)
Du bois, des clous, quelques outils et des gestes qui nous semblent sans importance, revisités et transformés dans un atelier de bricolage fantastique
puis Toc Toc en Toc là beaucoup de paroles, surtout celles de Merlem Menant ou Emma la Clown et quelques uns (plus les bruits) de Sophie Bissantz bruiteuse
Deux toquées qui se toquent de faire toc toc ensemble et en toc. Relisez cette phrase à haute voix, normalement vous devriez avoir pondu un oeuf. Emma la clown et Sophie Bissantz frappent à toutes les portes pour sortir de la réalité. Mistral et cigales dans les oreilles... est-ce la réalité ou l'imaginaire ? Pourquoi frissonnez-vous comme un jour de froid polaire ? Il va falloir vous fier à l'écoute d'Emma, et aux bruits de Sophie, à moins que ce ne soit l'inverse... Ou les deux.
Photos de Christophe Raynaud de Lage, bien entendu.
En sortant envie de ne pas rentrer tout de suite, hésitation entre plusieurs spectacles, rencontres, mais une envie de jardin... ai marché lentement pour être à Calvet vingt minutes avant le début de la lecture des lettres de Camus et Casarès – mais n'écouterai plus aucune des émissions de France Culture dans le jardin (navrée pour le soir où ce sera Ovide traduit par Marie Cosnay…) 
parce que j'ai trouvé une série de gens derrière grille fermée, des utopistes attendant un miracle puisque, arrivés à six heures, ils avaient vu la grille se fermer devant eux, les organisateurs ayant jugé qu'ils avaient le nombre d'auditeurs désiré... je raye.
Et suis rentrée (le monsieur, là, venait de me dire : mais marchez n'ayez pas peur je vous filme... ce que j'ai fait ensuite, grand bien lui en fasse) avec envie d'allonger mes jambes,
pour avoir la jolie surprise de trouver le livre de Joachim Séné https://www.publie.net/livre/village-joachim-sene/ (j'avais compris qu'il sortait en août)


5 commentaires:

Arlette A a dit…

Vrai joli serie de 77777777 porte bonheur et le 13 en plus l'oracle est favorable dit la pythie des jours heureux

brigitte celerier a dit…

merci à la Pythie

Dominique Hasselmann a dit…

Bon anniversaire, ça tombe bien que ce soit en plein festival ! :-)

brigitte celerier a dit…

plus facile à viser que le 14 juillet, mais toujours impatiente quiz arrivée alors que le festival n'existait pas

Claudine a dit…

bonne fête nationale !
4 c'est aussi un bon titre, il donne envie d'aller voir ce spectacle