vendredi, septembre 14, 2018

Nourritures pour corps et esprit

au petit matin, secouer ma paresse, préparer couffin... plus de patates, et pas grand chose d'autre
sous un ciel bleu qui prenait force, de lauriers en nappe éternelle de chantier traversé vers distributeur de billets, où commençait ma retenue
et dans les halles qui vivaient avec calme, provisions sages ou presque, avec petit souvenir d'insouciance (un gros cèpe), délaisser l'époisses qui se pâmait pour un Saint Félicien dont l'épanouissement aussi abandonné est cerclé d'osier, remplacer rouget ou loup et dos de cabillaud par deux lisettes (petits maquereaux) et un bout de filet de lieu noir, ajouter un kilo de pommes de terre de Camargue, des petites tomates sans prétention, deux courgettes, un butternut pour la durée et trois reinettes

et m'en revenir les yeux sur la rouille qui vient aux arbres
un déjeuner délicieux (devais être en état de grâce) et une après-midi intercalant des moments d'écoute de la nouvelle lecture à l'assemblée de la loi pour l'équilibre secteur agricole et alimentaire (sont mauvais même dans l'assemblage des mots de leurs titres trompeurs) en l'absence, comme lors de la première lecture, du ministre de l'Ecologie qui pour ce gouvernement n'est pas concerné (même si l'actuel ministre était intervenu dans la première lecture en présidant la séance de nuit pour revenir sur l'avancée que les députés voulaient pour l'interdiction du glyphosate), ce théâtre un peu amer... et des plongées dans les contributions à l'atelier d'été du tiers livre après le constat navré que, trop pressée, trop obnubilée par le précédent texte ou tout autre chose, mes lectures ont été si piètres que je ne reconnais que très mal ou pas du tout les textes évoqués par les autres dans leur réponse à la vidéo 44 (évoquer en quelques lignes le souvenir de trois, un choisi, un élu par le hasard et celui du contributeur)

et m'en vais, dans la nuit, reprendre «une pesée de ciel» d'Anna Jouy aux éditions Alcyone que j'ai abandonné cette nuit à la page 27, son émouvant milieu que je viens de massacrer pour http://brigetoun.wordpress.com

12 commentaires:

casabotha a dit…

Ohlala délaisser l'époisses...ce n'est décemment possible que pour un soumaintrain.

brigitte celerier a dit…

rentre en période sage où je dois choisir fromage qui peut attendre (d'ayant que j'avais déjà une bonne tomme de chèvre, un petit baron et un reste de fourme de Montbrison… (pas certaine que le Saint Félicien dure beaucoup plus… )

Marie-christine Grimard a dit…

Je ne connaissais pas les «lisettes », qui doivent être aussi savoureuses sur un lit de pommes de terre camarguaises, que leur nom est poétique !

brigitte celerier a dit…

à vrai dire je n'ai entendu ce nom qu'une fois dabs la bouche d'une poissonnière et je l'ai trouvé si charmand que l'ai retenu

jeandler a dit…

Les lauriers encore fleuris
les miens sont éteints...
Bonne journée.

brigitte celerier a dit…

une nouvelle et dernière floraison (plus réduite que celle du plein été)

Arlette A a dit…

Tes nourritures sont bienfaisantes

annaj a dit…

merci de traverser ces ciels, Brigitte. de les rendre vivants,

brigitte celerier a dit…

Arlette mais ma cuisine est catastrophique
Anna je crains de mal les servir

brigitte celerier a dit…

zut j'ai supprimé maladroitement le commentaire de Dominique Hasselmann !
le recopie (sur ma boite mail)

Mais avec tous ces fromages, jamais une bouteille de vin ?
Pourtant, les Costières de Nîmes ne sont pas très loin... :-)

et j'y réponds : que depuis mes dix sept ans en archi et une cuite j'ai dégoût pour le bien (curieusement pas pour l'alcool) et spécialement le rouge… et que si cela n'était pas, avant les Costières de Nîmes il y a les Côtes du Rhône, plus proches, Vagueyras, Gigondas, Châteauneuf… et les rosée de Tavel (ça j'en bois parfois)

Claudine a dit…

bonne lecture

Anonyme a dit…

I would like to thank you for the efforts you have put
in writing this site. I am hoping the same high-grade web site post from
you in the upcoming as well. In fact your creative writing abilities has encouraged me to get my own site now.
Actually the blogging is spreading its wings fast.
Your write up is a good example of it.