mercredi, mars 13, 2019

Amorce

M'en suis allée en début d'après-midi vers la rue Victor Hugo
le quartier des demeures grand-bourgeoises du dix neuvième siècle et,
un peu avant les remparts, le Musée Vouland auquel je vais peu malgré son charme (ancienne demeure de Louis Vouland, collectionneur - 1883/1963 - en très très mineur un peu de Cernuschi mêlé de Nissim-de-Camondo en beaucoup plus mineur encore, pour me référer à des endroits où j'aimais flâner) parce que s'y tient en ce moment une exposition de Yuan Chin Taa, inconnu de moi mais important, dessinateur, peintre, sculpteur, céramiste, que Christophe Comentale, en tête de son texte sur le catalogue de l'exposition, plus complète qui a eu lieu à Lodève en 2017, présente ainsi … Né en 1949 à Yuanlin, ville de Zhanghua, Yuan Chin-taa est diplômé en 1975 de l’Université normale de Taiwan, Dpt des Beaux-arts, il est Major de sa promotion. Il obtient, par ailleurs, un Master, spécialité Beaux-arts à la City University de New York. Il mène une activité de créateur en parallèle à une carrière d’enseignant au Département des Beaux-arts de l’Université normale de Taiwan dont il aura la direction. Il est, par ailleurs, membre de différentes associations et sociétés savantes...
exposition donc un peu plus restreinte ici et joliment titrée l'art est un jeu.
Seulement comme j'ai beaucoup de photos mais pas vraiment le feu sacré pour Paumée, comme je me suis battue pour les enregistrer avec mon cher vieux Mac, iPhoto et mon classement, j'en resterai à la toute première salle qui s'ouvre, face à la billetterie, en contrebas de l'escalier d'accès au musée proprement dit (certaine des oeuvres de Yuan Chin Taa se sont promenées et ont trouvé des coins dans les salles pour venir en contrepoint aux objets présentés)
à une grande encre sur papier de 1988 Précipitation, exposée au dessus de petits casiers présentant des objets anciens de la vie courante en Chine provenant du musée de Lodève
à plusieurs assez grandes techniques mixtes dont plaisir partagé (ou joyeuse assemblée) de 2007
et à des poissons-feuilles, un de ses motifs favoris, rappelant l'insularité de Taïwan et sa forme générale et sans doute aussi, selon Marie Laureillard, sa dérive forcée sous l'angle géopolitique, qui ajoute, un peu plus loin, toujours pour l'exposition de Lodève recourant volontiers aux symboles, aux métaphore, Yuan Chin-taa considère que l'artiste ne doit plus être un ermite confiné dans un raffinement culturel élitiste, à l'image des lettrés chinois d'autrefois... On voit comment... il nous fait part de ses préoccupations politiques, sociales ou écologiques, mais aussi comment il donne forme à ses rêves ou à ses hantises à travers une création exigeante...
Recours à l'art populaire comme avec ce tigre blanc (sérigraphie) mais tigre ramené vers notre temps par son titre : tigre de papier
mais tigre auquel j'ai tourné le dos, négligeant les lavis auxquels il conduisait et par lesquels j'ai terminé la visite de l'exposition proprement dite,
attirée que j'étais par le rouge et le volume (papier modelé) de la culture du thé de 2013
qui montrait le chemin vers des oeuvres complexes et installations qui sont sans doute ce que j'ai préféré


11 commentaires:

Arlette A a dit…

Cela me plairait beaucoup... les poissons feuilles et les papiers de the et tout cet art si simple et plein de significations ..a suivre tu as dit

Claudine a dit…

Magnifique !!! on peut dire que vous avez l'œil. Tellement beau rouge et bébête si sympathiques.

Brigetoun a dit…

Arlette, Claudine, j'avoue que j'aime (et que mes photos rendent mal) avec une envie de toucher ces papiers extraordinaires

jeandler a dit…

Volent-ils les poissons feuilles ?

Brigetoun a dit…

ils dérivent en lisière de la Chine

Dominique Hasselmann a dit…

Oui, l'art est un jeu (sinon, c'est un ennui), et même - pour reprendre une de vos interjections favorites - un jeu de... go ! :-)

Brigetoun a dit…

oui (sauf que suis bien incapable de jouer au go) Dominique

Aunrys a dit…

Encore une bien jolie promenade dans l'esprit double de l'artiste et de l'oeil qui s'arrête.
_
"L'art est un jeu"
...
L'art est deux je

Brigetoun a dit…

Luc, joli jeu (que je viens de lire sur twitter) me reste à ne pas trop desservir et rendre pesante la suite du jeu

Anonyme a dit…

Good day! Do you use Twitter? I'd like to follow you if that would be ok.
I'm undoubtedly enjoying your blog and look forward to new updates.

Brigetoun a dit…

oui mais toujours en français (et je comprends mal l'anglais) @brigetoun si le coeur vous en dit