lundi, mars 11, 2019

Dimanche

la cour engourdie
sous ciel blanc comme limbes
vivre au ralenti
repasser un peu, vaquer comme un dimanche des temps salariés, regarder un entretien entre Georges Didi-Huberman et Michel Lussault en novembre 2016 évoquant notamment l'exposition Soulèvements au Jeu de Paume, pour laquelle avaient été écrits, alors, les textes repris au début de désirer désobéir – 1 ce qui nous soulève dont j'avais lus dans la nuit les premiers
Perte et soulèvement – Le fond de l'air est rouge – Freiheitsdrang, la «poussée de liberté» - Zéro de conduite – Depuis les profondeurs – S'élève un geste – D'accablement à soulèvement – Pour jeter sa douleur par dessus bord...
et comme j'avais commencé par lire, comme un poème, ou comme une série de réveils ou d'interrogations, la liste des très cours chapitres qui forment le livre, insérés entre l'énorme bibliographie et la liste des «Chez d'autres éditeurs» je la recopie pour le plaisir, après avoir noté la beauté sereine et le sourire tendrement intelligent de son visage vieillissant (ne connaissais que d'anciennes photos)
Puissance contre pouvoir, ou l'acte de désir – Duende de la transgression – Le temps de la révolte – Masse et puissance – Même le nouveau-né se soulève – Désir, lutte, domination, reconnaissance – Eros politique – Qu'est-ce qu'un geste critique ? - Amères vérités, idées trop pures – Vinaigres et belles âmes – Puissance de ne pas, ou la politique du désœuvrement – Refuser, ou la puissance de faire autrement (préférable au précédent... d'après les quelques lignes lues) – Désirer, désobéir, faire violence – Le message des papillons - «Esprit de révolte» : les vagues se forment et se propagent – Terreurs et barricades – Où va donc la colère ? - Flux et reflux, ressacs dialectiques - «Un drapeau tour à tour rouge et noir» - Images, puissances critiques – Les émotions en partage - «La vie est à nous» - Multitudes, essaims, communautés – Sans noms, sans nombres, en tous lieux – Dos au mur (un ghetto en lutte) – Comment hériter d'un courage ? - Incessamment faire le mur – L'art de la vie autre, ou comment n'être pas gouverné – Réveil aux rêves : se lever, voler de ses propres ailes – Le sujet recommence : prises de parole et arts de faire – Images et sons à bout de bras – Retourner les cendres, en remonter quelques braises
Si vous le voulez, et si vous avez le temps...

sur ce, je l'ai reposé en seconde position sur la pile pour finir de relire l'homme foudroyé de Cendrars.

11 commentaires:

casabotha a dit…

vivre au ralenti ce n'est pas nécessairement vivoter (le ralenti donne son temps à la réflexion)

Brigetoun a dit…

je médite profondément (sourire, mais pas si faux)

Claudine a dit…

vivre au rythme des images dialectiques ne l'est certainement pas

Dominique Hasselmann a dit…

J'avais vu l'expo dont vous parlez : Didi-Huberman est un véritable Encyclopédiste dont les Lumières guident en permanence le regard... :-)

jeandler a dit…

Une mise en appétit...

Brigetoun a dit…

une dialectique qui, passant avec cette voix douce et ce brin d'humour, cette humanité, devient incontestabel

Brigetoun a dit…

Dominique, oui, et avec l'âge il acquiert une tendresse qui fait qu'il semble nous administrer sagesse comme des bonbons

Brigetoun a dit…

oh Pierre cela se lit facilement (trop d'ailleurs et je freine et reviens en arrière pour être certaine d'avoir goûté le suc)

Arlette A a dit…

Merci Brigitte je viens de revenir sur les vidéo un regal et donne très envie de lire ton livre cité

Anonyme a dit…

I got this site from my pal who informed me
concerning this site and at the moment this time I am visiting this web site and reading very informative articles
or reviews at this place.

Anonyme a dit…

Hello.This post was extremely fascinating,
particularly since I was searching for thoughts on this subject last Tuesday.